Porte d’entrée ou porte de sortie ?

Mais nous avons ce trésor dans des vases de terre, afin que cette grande puissance soit attribuée à Dieu, et non à nous.
– 2 Corinthiens 4:7

Qu’elles soient physiques ou psychologiques, les blessures, on le sait, ça fait mal. Et on a toujours qu’une hâte : qu’elles guérissent et ne deviennent plus qu’un souvenir lointain. Mais si nous parvenions à voir nos blessures comme des portes d’entrée plutôt que comme des cratères purulents?

La blessure est l’endroit par lequel la lumière entre en vous. — Rumi

Cette pensée, bien qu’il nous soit difficile de la concevoir au coeur de la souffrance, trouve bel et bien sa véracité dans la Bible. La Parole de Dieu nous apprend en effet que nos plaies intérieures sont souvent les portes par lesquelles la grâce et la lumière de Dieu pénètrent dans nos cœurs.

Lorsque nous sommes blessées, nous sommes brisées et vulnérables, et c’est précisément cette vulnérabilité qui nous dispose le plus à la présence de Dieu. Paul parle de nous dans 2 Corinthiens 4:7 comme étant des « vases de terre » contenant un trésor. Cette analogie  illustre notre fragilité et l’immense puissance de Dieu qui se manifeste à travers notre faiblesse. Ces vases de terre, fragiles et souvent fissurés, doivent laisser passer la lumière de Dieu à travers leurs fissures.

La lumière de Dieu commence à entrer lorsque nous reconnaissons nos blessures et choisissons de les lui apporter. Cette reconnaissance exige introspection, humilité et honnêteté. Plutôt que de cacher nos douleurs ou de prétendre qu’elles n’existent pas, nous les exposons à Dieu dans la prière. Ce n’est que dans ces moments de sincérité qu’Il peut commencer à travailler. La lumière de Sa présence illumine alors nos blessures en nous apportant guérison et réconfort.

Cette lumière ne se contente cependant pas de consoler; elle transforme. Elle éclaire les zones sombres de notre cœur et nous révèle les vérités que nous avons peut-être ignorées ou rejetées. Elle nous montre nos dépendances, nos idoles et hauts-lieux, nos faiblesses et nos besoins enfouis de guérison. Elle met en lumière nos faux appuis et nous oriente vers la véritable source de notre force et de notre restauration : Dieu Lui-même.

Les fruits de cette lumière qui entre dans nos blessures sont multiples. D’abord, il y a la guérison intérieure. La lumière de Dieu pénètre nos cœurs en apportant la paix là où il y avait de la douleur, la joie là où il y avait de la tristesse, et l’espoir là où il y avait du désespoir. Ce processus de guérison peut être lent, mais il est profond et durable. La présence de Dieu nous restaure de l’intérieur en nous donnant une nouvelle perspective et en renouvelant notre force.

De plus, cette lumière produit en nous des fruits de l’Esprit que l’apôtre Paul nous liste dans Galates 5:22-23. Ces derniers se développent en nous à mesure que nous laissons la lumière de Dieu transformer nos blessures. Notre caractère change et reflète alors de plus en plus celui de Christ. Nous devenons plus aimantes, plus patientes, plus joyeuses, même au milieu des épreuves.

La bonne nouvelle, c’est aussi que la lumière qui entre par nos blessures ne s’arrête pas à notre propre guérison. Elle brille à travers nous pour toucher les autres. Nos blessures transformées deviennent des témoignages vivants de la puissance de Dieu. Elles montrent au monde que Dieu peut apporter la guérison et la restauration même dans les situations les plus désespérées. Nos cicatrices deviennent des marques de Sa grâce, des preuves tangibles de Son intervention dans nos vies. En partageant nos histoires de guérison, nous encourageons les autres à s’ouvrir à la lumière de Dieu dans leurs propres blessures. Nous devenons des porteuses de lumière qui apportent espoir et réconfort à ceux qui sont encore dans l’obscurité. La lumière de Dieu qui est entrée par nos blessures s’étend alors au-delà de nous. Elle touche et transforme les vies autour de nous.

Ne crains donc pas tes blessures. Ne les cache pas au profit d’une sacro-sainte pudeur et encore moins à cause la honte. Apporte-les à Dieu avec confiance et laisse Sa lumière entrer et transformer ces zones endolories. Permets-Lui de te guérir, de te restaurer et de faire de toi un témoignage vivant de Sa grâce. Souviens-toi que tes blessures ne sont pas des signes de faiblesse.  Mais le choix te revient : tu peux choisir d’en faire des portes d’entrée de Sa lumière, ou des portes de sortie d’une infection purulente qui ternira ton témoignage. C’est à toi de voir.

En Lui.

 

 

À lire également

Quand je m’égare

Quand je m’égare

Psaume 51 (S21) 1 Au chef de choeur. Psaume de David,2 lorsque le prophète Nathan vint chez lui après son adultère avec Bath-Shéba. 3 O Dieu, fais-moi grâce conformément à ta bonté! Conformément à ta grande compassion, efface mes transgressions! 4 Lave-moi...

Rater sa vie chrétienne en 20 leçons (Partie I)

Rater sa vie chrétienne en 20 leçons (Partie I)

Le titre est ironique, mais c'est une histoire inspirée de faits réels, vécus et/ou observés. Lorsque l'on débute dans la marche avec le Seigneur, on a tendance à vivre dans une certaine euphorie. Tout devient possible, on déborde d'enthousiasme, on veut hurler notre...

4 merveilleux effets de la prière

4 merveilleux effets de la prière

Il est un fait : on aura toujours plus facilement tendance à user de la prière comme un ultime recours, plutôt que comme notre première nécessité. Et pourtant, ce formidable et puissant outil mis à notre disposition par Dieu produit de nombreux bénéfices dans notre...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *