Confortable bourgeoisie spirituelle

par | Déc 22, 2017 | Croire | 2 commentaires

Un récent partage sur Facebook m’a plongée quelques jours dans une réévaluation de la qualité de ma foi. La soeur partageait un témoignage entendu à une conférence, celui d’un missionnaire qui revenait de pays où la persécution contre les chrétiens est réelle et quotidienne, et qui constatait à quel point la foi de ces frères et soeurs était simple et active.

Simple et active…

Cette lecture a fait resurgir une question que je me pose depuis des mois : avons-nous trop compliqué la foi aujourd’hui?
Je me suis prise à essayer d’imaginer le quotidien de ces chrétiens persécutés. Et soyons honnêtes, je ne peux effectivement que l’imaginer… Un contexte où la vie est littéralement en jeu à chaque instant; où on se fait décapiter, brûler vif et torturer pour sa foi; où on perd les biens de toute une vie en une fraction de seconde, le temps d’une explosion; où le boire et le manger deviennent du jour au lendemain de simples concepts, de vagues souvenirs… Voilà leur réalité. Et pourtant, ils persévèrent, suppliant Dieu, priant sans cesse, s’entraidant les uns les autres, partageant le peu qu’ils ont, donnant leur vie les uns pour les autres, acceptant les pires tortures sans jamais renier le Dieu en qui ils ont cru. Dans leur réalité, la foi n’est plus en option. La confiance en Dieu n’est plus une option. La foi est étirée, à son paroxysme. La foi est simple, active, vitale. Dieu est réellement leur Tout et ils remettent littéralement chaque seconde de leur vie entre Ses mains.

Qu’en est-il pour nous ? Dans nos pays encore grandement épargnés par la persécution, nous nous plaisons pourtant à en parler depuis le confort de nos maisons chauffées et de nos frigos chargés. Les jolis discours et résolutions, c’est si beau tant qu’on n’est pas confrontés à la situation ! Tout reste au stade du concept. Réalisons-nous vraiment à quel point nous sommes épargnés? Réalisons-nous vraiment à quel point nous nous sommes installés dans une forme de bourgeoisie spirituelle qui nous fait davantage vivre notre foi par le biais de discours et faux débats théologiques que dans les actions concrètes du quotidien ?

Aujourd’hui, on va passer des heures sur Facebook à débattre sur les appellations à donner à Jésus !
Aujourd’hui, on va se pourfendre en explications diverses dans des joutes entre pro-bâtiments et pro-églises maisons.
Aujourd’hui on va préférer soutenir des ministères qui nous maintiendront dans notre précieux confort plutôt que d’oeuvrer ou de soutenir ceux qui oeuvrent sur le terrain.
Aujourd’hui on va prier pour avoir la même voiture que le pasteur ou les mêmes tenues que la femme du pasteur !
Aujourd’hui on va se déchirer sans pudeur entre Chrétiens pour une histoire de candidat à la présidentielle !

Et d’aucuns viendront comparer avec l’église primitive, alors qu’ils en renient chaque jour ce qui en faisait la force ?!
Ne vous y trompez pas ! Ces remarques me concernent tout autant. Cela fait bien longtemps que j’ai réalisé la différence entre ma foi quand je suis dans l’épreuve et ma foi quand tout va bien. Pourquoi faut-il que ça aille mal pour que nous devenions plus pro-actifs dans notre foi? Ces chrétiens persécutés y arrivent-ils mieux simplement du fait de leurs circonstances difficiles? On comprend mieux pourquoi Dieu permet les épreuves dans notre vie: la lame révèle son tranchant sous les coups du forgeron.

Alors certes, nous n’avons pas choisi de naître dans les parties du monde encore épargnées. Mais je voulais vraiment vous inviter, bien-aimées, à réévaluer régulièrement le moteur de votre foi. Il ne s’agit pas de se placer volontairement dans des difficultés pour y arriver, mais plutôt de s’assurer que notre quête de Dieu reste stable, beau temps mauvais temps, et que nous mettons nos priorités au bon endroit.

Fuyons l’obésité spirituelle qui consiste à nous abreuver matins et soirs d’enseignements dont on ne fait rien sur le terrain !
Fuyons le magasinage d’église qui nous fait aller ici et là jusqu’à ce que nous trouvions celle qui nous conforte le mieux dans nos appétits !
Fuyons les disputes de mots inutiles sur les réseaux sociaux !
Cessons les prières sans profondeur qui tentent de gagner Dieu à nos causes charnelles !

Cessons de vivre un concept de foi et commençons enfin à vivre la réalité de la foi.

La bible nous a averti des persécutions à venir. Et elles ne se limiteront pas à ta voisine qui te traite de “témoin de Jehovah” à chaque fois qu’elle te voit, ni à la soeur qui te sermonnera parce que tu dis “Jésus” au lieu de “Yeshoua” !

Quand les vraies réalités arriveront, la foi “concept” ne nous suffira plus. Ni quand Christ fera son retour.

Bien-aimées, quittons la bourgeoisie spirituelle. Retournons aux essentiels et agissons comme si nous croyons pour de vrai que nous servons un Dieu vivant !

2 Corinthiens 8:8
Je ne dis pas cela pour donner un ordre, mais pour éprouver la sincérité de votre amour par l’exemple du zèle des autres.

Bénédictions !

2 Commentaires

  1. Avatar

    Belle réflexion qui en éveillera plus d’une je l’espère (à commencer par moi !)

    Réponse
    • Gina Oum

      Ça a été un éveil pour moi aussi, celui de ne pas laisser notre confort devenir une pierre d’achoppement pour notre foi.
      Sois bénie, ma belle !

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *