Prières enseignées par Jésus : Prier l’ami

Tout au long de son ministère, Jésus nous enseigne par l’exemple la priorité que nous nous devons d’accorder à Dieu dans nos vies, la dépendance que nous devons avoir vis à vis de Lui et le secours que nous pouvons trouver en Lui en toutes circonstances. Mais Jésus prend le soin de nous enseigner trois approches de la prière. La plupart d’entre nous employons régulièrement les deux premières et réservons la troisième au jugement dernier. Voici une série de 3 articles pour les passer en revue (lire la partie 1 ici).

Luc chapitre 11 versets 5 à 10 nous relate une parabole de Jésus.

Il leur dit encore: «Supposons que l’un de vous ait un ami et qu’il aille le trouver au milieu de la nuit pour lui dire: ‘Mon ami, prête-moi trois pains, car un de mes amis est arrivé de voyage chez moi et je n’ai rien à lui offrir.’ Supposons que, de l’intérieur de sa maison, cet ami lui réponde: ‘Ne m’ennuie pas, la porte est déjà fermée, mes enfants et moi sommes au lit, je ne peux pas me lever pour te donner des pains.’ Je vous le dis, même s’il ne se lève pas pour les lui donner parce que c’est son ami, il se lèvera à cause de son insistance et lui donnera tout ce dont il a besoin. Et moi, je vous dis: Demandez et l’on vous donnera; cherchez et vous trouverez; frappez et l’on vous ouvrira. En effet, tous ceux qui demandent reçoivent, celui qui cherche trouve et l’on ouvrira à celui qui frappe.

Jésus nous enseigne que prier, c’est aussi venir auprès de Dieu comme un ami intime, c-à-d avec la confiance qu’on trouvera en tout temps une réponse favorable à notre requête. Bien-sûr, dans la parabole, l’ami “humain” cité rechigne dans un premier temps à quitter son confort pour répondre à son ami. Mais à force d’insistance, il finit par le faire.

Jésus ne nous dit pas dans cette parabole qu’il est le type d’ami qu’il faut harceler afin de pouvoir obtenir quoi que ce soit de Lui. Il souligne simplement le fait que si notre ami humain nous accorde une demande, à plus forte raison notre Dieu lorsque nous l’approchons tel un ami intime et auprès de qui nous insistons prioritairement pour cultiver ce type d’amitié.

Jean 15 : 15
Je ne vous appelle plus serviteurs parce que le serviteur ne sait pas ce que fait son seigneur, mais je vous ai appelés amis parce que je vous ai fait connaître tout ce que j’ai appris de mon Père.

Nous sommes les co-héritières du Royaume de Dieu avec Christ. Cela nous donne la même autorité et les mêmes privilèges que Lui. Il est clair que dans la vie de tous les jours, nous ne vivons pas vraiment cette réalité d’appartenance, d’autorité et de privilège. Mais alors, la question que nous devrions nous poser est celle-ci: vivons-nous réellement une amitié avec Dieu ?

Examinons-nous:

– Se peut-il que dans nos rapports avec Lui, nous traitions Jésus comme un “ami” Facebook qu’on va liker lorsqu’Il nous accorde ce qu’on désire et déliker quand ses publications nous confrontent ?

– Se peut-il que nous Le traitions comme un “ami” selon le monde, du genre à qui on fait appel seulement quand on a quelque chose à lui demander pour nos propres intérêts, mais qu’on trouve trop envahissant quand à son tour il s’attend à la réciproque ?

– Se peut-il que nous Le traitions comme un “BFF” pour l’expression “Best friends forever”(meilleurs amis pour toujours), ce qui veut dire que, comme les adolescentes entre elles, nous l’affichions telle une tendance partout où nous allons, lui jurons fidélité et amour éternel mais qu’au final notre relation fragile faite essentiellement de superficialités s’effondre à la moindre contrariété ?

Quand nous approchons notre relation à Dieu de l’une ou l’autre de ces manières, est-il alors étonnant que nous n’en expérimentions jamais les fruits ?

C’est quoi alors, la véritable amitié selon Dieu ?

Abraham a été appelé ami de Dieu. (Jacques 2:23)

L’ami a une confiance inébranlable en l’autre.
Abraham a tout quitté sur une seule parole de Dieu pour aller vers l’inconnu totale.

Les amis se connaissent intimement (Jean 15:15)
Abraham connaissait son Dieu dans toute sa perfection, mais aussi dans toutes ses exigences, et Dieu connaissait Abraham dans toutes ses qualités et imperfections. Ils s’aimaient, s’acceptaient et se respectaient l’un l’autre.

Les amis se confient avec transparence l’un à l’autre.
Dans Genèse 18:17, Dieu se refuse à cacher à Abraham son projet de détruire Sodome. S’engage alors une négociation qui nous révèle le coeur d’un Dieu qui accepte, comme un ami, de se laisser convaincre.
Approcher Dieu avec des motifs cachés, c’est courir le risque de développer une relation superficielle dans laquelle vous serez le seul dindon de la farce, le Seigneur n’ignorant rien de vos réelles motivations.

Les amis respectent les promesses et engagements qu’ils ont pris l’un envers l’autre.
Abraham avait engagé sa foi en Dieu et la force de cet engagement s’est observée lorsqu’il est allé jusqu’à accepter de sacrifier son fils sur l’autel. Quant à Dieu, Il a respecté toutes les promesses faites à Abraham.

La véritable amitié avec Dieu va bien au delà des sensations et expériences que nous sommes trop nombreuses à rechercher pour “ressentir” sa présence. Le véritable ami sait. Il n’a pas besoin de courir sans cesse après des preuves d’amour ou d’existence réelle de son ami intime.

La véritable amitié produit l’intimité. Le type d’intimité qui fait que nos pensées et désirs s’accordent au point de ne faire qu’un. C’est le type d’intimité que nous sommes appelées à poursuivre avec le Seigneur, de sorte que sa volonté devienne nôtre et que chacune de nos décisions et pensées soit l’évidence même de Sa divine volonté. Une telle intimité nous libère : on est libre de suivre le chemin que Dieu nous destine en sachant que chacune de nos décisions est inspirée de Christ, notre ami intime. Et s’il arrivait que ce ne soit pas Lui qui les inspire, son Esprit en nous nous en avertirait par le biais d’un frein intérieur auquel nous devrons obéir sans hésiter.

Ainsi donc, l’insistance à laquelle Dieu nous appelle en premier dans la prière, c’est celle qui nous fait poursuivre et demander sans relâche à accroître cette intimité avec Lui, pour toujours mieux Le connaître, puis à faire nôtres sa volonté et ses désirs. Par la suite, tout ce qu’on demandera nous sera donné, tout ce qu’on cherchera sera trouvé, et l’on nous ouvrira à chaque fois qu’on frappera (Luc 11:9-10). C’est la loi de l’intimité et la récompense de Dieu à tous ses amis intimes.

Bien-aimées, approchons donc Dieu prioritairement avec ce désir de toujours mieux Le connaître et cultivons d’un coeur sincère et persévérant une véritable amitié, de celle qui produit l’intimité, la liberté et l’exaucement de toutes nos requêtes.

Bénédictions !

À lire également

7 attitudes maternelles inspirées par Jésus

7 attitudes maternelles inspirées par Jésus

J'ai longtemps eu du mal à m'identifier aux récits de la bible. Je n'arrivais pas à faire mienne la Parole de Dieu et encore moins dans les circonstances et challenges quotidiens que je devais relever. J'étais déjà mère de famille quand j'ai connu le Seigneur et je...

Femme d’influence

Femme d’influence

Beaucoup de femmes se lèvent tous les matins avec un sentiment d'inadéquation dans un domaine ou dans un autre de leur vie. Nos cœurs se languissent de vivre un plein épanouissement mais surtout, notre moral a besoin de savoir que nous ne faisons pas qu'exister, mais...

Une maison, une histoire

Une maison, une histoire

Nous avons quitté la France à une époque où l'un des rêves les plus importants d'une vie était celui de devenir propriétaire d'une maison. Mais pas seulement un bien immobilier! Une maison qui serait porteuse d'une histoire, un héritage pour plusieurs générations. Mes...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *