Que me “vend” Dieu au 21ème siècle?

J’ai souvent entendu dire que celles qui se réfugient dans la religion sont des êtres faibles et lâches qui ont besoin d’une béquille dans la vie. Nous serions des personnes victimes d’un lavage de cerveau et incapables de prendre nos vies en main et de faire les efforts nécessaires pour réaliser notre destinée. Yes!

Cette idée reçue, largement partagée par les athées leur donne un sentiment de supériorité et la fausse conviction d’avoir, eux, le plein contrôle sur leur vie. Jusqu’à ce que la réalité les rattrape. Car elle nous rattrape tous tôt ou tard, que ce soit lorsque nous nous retrouvons impuissantes devant les épreuves terrassantes de la vie ou sur notre lit de mort. Oh, Dieu veille souvent à bien nous faire réaliser, même seulement en un laps de temps, à quel point nous avons pu nous fourvoyer… Et c’est alors qu’on réalise qu’on n’est que bien peu de chose, et que tout ce à quoi on s’était identifié, tout ce à quoi on s’accrochait pour nous définir ou nous maintenir dans un sentiment de puissance ne vaut rien, absolument rien. Et c’est une grâce de le réaliser de son vivant. C’est une grâce que j’ai eu et je suis bien heureuse de savoir à quel point je ne suis rien et je ne peux rien sans mon Dieu.

Pour ma part, rien ne demande plus de force, de courage, de détermination et d’abnégation que d’oser la voie chrétienne. Ce choix exige de se lever pour ses convictions, d’accepter d’aller à contre-courant du système populaire, d’accepter le rejet et la stigmatisation, la moquerie et le jugement. Choisir d’être Chrétienne demande chaque jour de mourir à soi, de renoncer à son schéma de pensées, à ses ambitions propres, de croire en l’invisible, d’oser attendre et espérer, d’entreprendre par la foi… Dites-moi, dans un monde où on peut et on exige de tout avoir tout de suite; où on uniformise les cerveaux pour se faciliter la vie en faisant comme tout le monde, tels des clones ; où on peut si aisément s’épargner le rejet en adoptant les mêmes valeurs que tous ; où on peut se rassurer en ne croyant qu’en ce qu’on peut voir ; où on peut s’épargner le danger, la persécution et la mise à mort en acceptant les lois des autres (ref. persécutions de l’État islamique)… Dites-moi, qu’est ce qui est plus facile ? Faire comme tout le monde ou oser une différence qui exige tout de soi ? Vouloir se fondre dans une masse dans laquelle tu finis par n’être qu’un numéro ou oser embrasser une identité pour une récompense non palpable ? La Chrétienne s’appuie par la foi sur une « béquille » invisible, tandis que l’incroyante s’appuie sur la béquille d’une société instable qui la prive de son identité. Qu’est ce qui demande le plus de force, le plus de courage ?

Mais c’est le propre de l’être humain que de projeter ses insécurités sur les autres et de vouloir demeurer dans un vain sentiment de contrôle ; de piétiner l’autre pour ne pas avoir à faire face à ses propres contradictions ; de choisir une fuite temporaire en soi-même tout en sachant qu’on sera rattrapé tôt ou tard par ses propres limites. Pire, c’est le aussi le propre de l’être humain de se laisser dominer par la peur et de procrastiner sans cesse les pas qu’il sait intérieurement devoir faire. Certaines s’obstinent dans cette conception jusqu’à la fin de leur vie, d’autres vivent un réveil bienvenu.

Mais sanctifiez dans vos coeurs Christ le Seigneur, étant toujours prêts à vous défendre, avec douceur et respect, devant quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous. – 1 Pierre 3:15

Les raisons de mon espérance sont nombreuses. Devenir Chrétienne m’a permis de voir un monde dont je ne soupçonnais pas l’existence, mais aussi de vivre les épreuves et les tempêtes dans un état d’esprit que je ne pensais pas possible de connaître en de telles circonstances, et ce malgré ma condition humaine. Et ce monde est à la portée de toutes. Cette espérance est à la portée de toutes. Et pas seulement pour un futur lointain dans des Cieux lointains, mais ici et maintenant. Oui, nous pouvons vivre l’espérance du Ciel alors même que nous sommes dans notre chair, pas dans la perfection, mais dans un avant-goût salvateur en temps difficiles.

Donc oui, j’ai choisi de croire en Dieu. Et principalement pour 6 bonnes raisons.

1. Sa Parole me propose un modèle stable que la société a échoué à m’apporter.

Pendant des années, j’ai essayé de suivre le courant de la société, mais tout change tout le temps et pas dans le bon sens. J’avais besoin de valeurs solides, fiables et stables pour élever mes enfants et Dieu me propose justement celles qu’Il avait déjà gravées dans mon cœur. Et avez-vous remarqué que c’est suivant ces mêmes valeurs qu’ont été éduqués les grands hommes et femmes qui ont fait l’histoire et posé les fondements de cette société avant que les nouvelles mœurs ne viennent la dégrader ? Ces mêmes hommes qui savaient ce que c’était que le travail, le respect, la fidélité, la sobriété, la discipline, le courage de ses convictions, les valeurs bibliques, le respect de Dieu, du mariage entre homme et femme, de la création humaine exclusivement mâle ou femelle, la sagesse, le service, l’intégrité, la générosité… Ces mêmes hommes et femmes qu’on ne trouve presque plus que dans les livres d’histoire. On les présente désormais avec nostalgie à nos enfants. On reconnaît leur apport dans l’histoire du monde, mais aujourd’hui on contribue à détruire ce même monde en adhérant à tout et n’importe quoi.

2. Sa Parole me donne de l’espoir dans un monde en pleine perdition.

Comme il doit être triste de pleurer sur l’état du monde et de n’avoir rien à quoi se raccrocher ! Dieu m’offre un avenir magnifique et ne me demande que de croire en son fils pour y accéder. Qu’ai-je à perdre ? Il me coûte bien moins d’aimer Dieu et de croire en ce qu’Il me propose que d’aimer le monde, d’essayer de le suivre et de vivre sans espérance de quoi que ce soit à l’issue de ma vie sur terre.

3. Dieu m’aime telle que je suis.

Pour moi, il n’y a pas plus grand bonheur aujourd’hui que celui de me savoir aimée sans avoir à faire le moindre effort ! Pour avoir passé plus d’une décennie à essayer de me faire aimer des Hommes, je ne peux que m’enthousiasmer de cette réalité libératrice ! Oui, je peux être grosse et Il m’aimera ! Oui, je peux être mère au foyer dans un monde féministe et Il m’aimera ! Oui, je peux être absolument qui je suis, sans masque, sans faux-semblants et Il ne m’en aimera que davantage ! Dans ce monde où tout est question de prouver sans cesse sa valeur et sa capacité à se conformer au clonage ambiant, c’est absolument jouissif d’être aimée telle quelle et de n’avoir plus jamais à se soucier du regard des autres.

4. Dieu me donne la raison de mon existence.

Tant de personnes meurent chaque jour sans avoir pu trouver de sens à leur existence! C’est même l’un des plus grands drames de notre société. Beaucoup errent comme des âmes en peine, en essayant tout et n’importe quoi pour combler un vide intérieur et justifier leur raison d’être. J’ai expérimenté le désespoir qu’on connaît lorsqu’on réalise que toutes nos références étaient illusoires, et lorsqu’on fait face aux tristes limites de notre pseudo force et de notre pseudo capacité à tout contrôler face aux inévitables épreuves de la vie. Mais Dieu me dit que je suis ce que je suis et que je n’ai qu’une seule mission sur terre : l’aimer et le glorifier en aimant mon prochain. Il n’y a pas plus compliqué que ça ! Alors je fonce dans ma vie, l’âme en paix et je n’ai à me soucier de rien d’autre.

5. Dieu me soutient, me réconforte et agit miraculeusement dans mes épreuves.

Je l’ai vécu tellement de fois que nul ne peut aujourd’hui me soutenir l’inexistence de Dieu. J’ai vu des portes s’ouvrir alors que tout contribuait à les maintenir fermées ; j’ai vu et vécu le miracle de la guérison physique, intérieure, de la délivrance instantanée après des années de combat, de la renaissance après la déchéance, de l’amour après la haine féroce… J’ai vu le mal plier le genou devant Dieu; j’ai senti les bras rassurants de mon Père m’envelopper de tendresse et de réconfort… J’ai vu et vécu des choses qu’aucun être humain, aussi aimant soit-il, n’a été capable de me procurer. Dieu est réel, vivant, agissant et PUISSANT. Et quand je réalise qu’Il ne demande que notre foi et notre amour pour déployer toutes ses forces à notre service, je me dis qu’il faut vraiment être dans une disposition particulière pour se refuser volontairement un tel cadeau !

6. Avec Dieu, j’ai toujours la possibilité d’un nouveau départ.

En France, je regardais régulièrement les émissions de télé-crochet avec leur masse de candidats qui avaient misé toute leur vie sur une audition. Que devenaient-ils une fois refoulés ? Que deviennent ces stars jadis adulées et qui ont fini par tomber dans l’oubli ? Le monde te place sur un piédestal aujourd’hui pour mieux t’en faire tomber demain. Et pour beaucoup, la chute est telle qu’ils n’arrivent jamais à s’en relever.

Dieu me donne une infinie de nouveaux départs et Il ne me jette jamais sous prétexte que je suis passée de mode ou que je ne colle plus à ses standards. Non seulement Il me reprend après mes chutes, mais Il met à ma disposition tout ce dont j’ai besoin pour me maintenir sur les hauteurs. Je ne suis jamais « has been » avec Lui et j’ai l’assurance d’être relevée, aimée, réconfortée et restaurée quelque soit le nombre d’auditions manquées !

******

Alors oui, je crois en Dieu. Et c’est la chose la plus merveilleuse qui aurait jamais pu m’arriver. Vivre en Lui n’est pas facile, car tel un muscle, la foi se développe avec la pratique souvent douloureuse, comme dans la vie finalement. Mais la vie avec Dieu me rappelle la valeur de la souffrance, et surtout la récompense éternelle qui m’attend au bout. Je pleure souvent en pensant à tous ceux qui meurent avec leurs convictions d’athées et qui se retrouvent de l’autre côté, réalisant la dimension de leur erreur, mais surtout l’impossibilité de faire marche-arrière… Réalisons qu’un jour viendra – il est bientôt là-, où le choix ne sera plus possible, où tous les prétextes pour rejeter la Main tendue de Dieu ne tiendront plus.

Mon amie, si la vie te semble douce et sous contrôle en ce moment sans Dieu, dis-toi bien qu’il n’en sera pas de même pour toi de l’autre côté. Dieu n’est pas une religion, Dieu n’est pas le prêtre qui a fait du mal à ta famille ou à ta génération, Dieu n’est pas une dénomination, Dieu est une personne qui t’aime et qui te tend ses bras d’amour. Accepte-les pendant qu’il est encore temps et expérimente la profondeur de son Amour à ton égard, cet amour qui n’a jamais laissé indifférentes celles qui l’ont expérimenté. Plus tard, il sera certainement trop tard…

En effet, Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle. – Jean 3:16

Bénédictions!

À lire également

Maman, quel sera ton héritage ?

Maman, quel sera ton héritage ?

Parler d'héritage quand on a encore au moins l'équivalent de son âge peut sembler morbide et prématuré. Mais dans cette vie, le lendemain ne nous est pas garanti. Je découvrais avec tristesse il y a quelques mois le décès soudain d'une bloggueuse américaine dont je...

À qui s’adresse l’hospitalité ?

À qui s’adresse l’hospitalité ?

La parabole du Bon samaritain dans Luc 10: 25:37 est l'une des plus importantes du Nouveau Testament, car c'est elle qui illustre parfaitement la manière dont nous sommes appelées à traiter les autres, indépendamment de leurs origines, race, statut social, religion,...

Le coeur de l’hospitalité : parler et écouter

Le coeur de l’hospitalité : parler et écouter

Je faisais mes tous premiers pas vers une renaissance relationnelle après des années où toute ma vie n'avait tourné qu'autour de ma famille. J'avais tellement hâte de vivre cette rencontre, de prendre ce café et de parler enfin avec une femme de ma génération, à coeur...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *