Vivre dans l’adversité – par Cynthia Audal

J’ai lu ma Bible complètement plus d’une fois dans ma vie. Pourtant, il y a des passages ou des personnages bibliques qui ne m’interpellent pas vraiment. Subitement, un événement arrive et vous êtes confrontés à la même réalité que cette personne. Dans mon cas, je parle spécifiquement de Job. Il est le modèle de souffrance, de perte, de tristesse profonde et de trahison. Parallèlement, il a fait preuve de fidélité envers Dieu, de foi et de persévérance. Il passe au travers de tribulations atroces, parce que Satan avait mis Dieu au défi.

L’Éternel dit à Satan : as- tu remarqué mon serviteur Job ? Il n’y a personne comme lui sur la terre ; c’est un homme intègre et droit, craignant Dieu, et se détournant du mal. Et Satan répondit à l’Éternel : est-ce d’une manière désintéressée que Job craint Dieu ? Ne l’as- tu pas protégé, lui, sa maison, et tout ce qui est à lui ? Tu as béni l’œuvre de ses mains, et ses troupeaux couvrent le pays. Mais étends ta main, touche à tout ce qui lui appartient, et je suis sûr qu’il te maudit en face. L’Éternel dit à Satan : voici, tout ce qui lui appartient, je te le livre ; seulement, ne porte pas la main sur lui. Et Satan se retira de devant la face de l’Éternel. - Job 1:7-12

J’ai lu à maintes reprises ce chapitre sans voir l’essence du message et comment il s’appliquait dans ma vie et mon quotidien. Maintenant, je lis cet extrait et je m’y retrouve…

En février 2016, on m’annonce que j’ai une maladie chronique qui affecte mon système immunitaire et attaque mes muscles. Pour cette raison, j’ai de la difficulté à utiliser les mes membres inférieurs et supérieurs de mon corps. Pour faire suite à l’aggravation de mon état de santé, j’ai une faiblesse généralisée qui nuit à ma mobilité physique. Je suis en cours de traitements médicaux agressifs et je crains quotidiennement d’avoir des complications reliées à la médication. Les médecins sont optimistes et j’ai la chance d’avoir des professionnels compétents qui s’occupent de moi. Mais encore…

Cette semaine, j’ai pris le temps de relire Job et de m’attacher à cet homme de foi. Et maintenant, je le comprends vraiment.

Comme nous tous, il se pose cette simple et unique question : pourquoi moi ?

Dans les premiers chapitres, on entend le discours de sa femme et ses amis. Moi, je restais accrochée au cri du cœur de Job. Il voulait trouver la place où il a mal agi pour y remédier et retrouver une vie normale.

J’agis et pense comme lui trop souvent.

En tant que chrétienne, on pense que connaître la vérité ou avoir une relation avec Dieu nous épargne des malheurs. Je vais être franche avec vous: c’est un mensonge et il faut enlever ce concept dans votre façon de penser.  J’ai lu cette référence dans les Psaumes et ce fut une révélation !

L’Éternel est près de ceux qui ont le cœur brisé, et il sauve ceux qui ont l’esprit dans l’abattement. Le malheur atteint souvent le juste, mais l’Éternel l’en délivre toujours. Il garde tous ses os, aucun d’eux n’est brisé. – Paumes 34 : 18-20

Malheureusement, le juste vivra des tribulations comme cet homme de Dieu et il n’y a pas d’exception. On n’aura probablement pas la raison de ces attaques dans nos vies, mais j’ai réalisé qu’avoir des réponses ne va pas changer la situation ou le cours de l’histoire. L’ennemi cherche à nous éloigner de Dieu pour être pris dans la douleur la souffrance, la colère et la tristesse profonde; il cherche à briser quelque chose de vital et d’important : l’intimité parfaite avec Dieu.

À la fin du livre, Dieu se révèle à Job. Il lui rappelle sa fidélité et qu’il est maître de tout. Dieu se présente comme étant un ami et sa justice. Il veut son bien autant que lui. Je suis touchée de voir la restauration dans la vie de Job et il retrouve tout ce qui lui a été volé par l’ennemi (Jean 10:10).

Aujourd’hui, dans cette période dans ma vie, j’ai compris ces points.

1. Vouloir connaître la raison de mon malheur n’aide à rien. On se questionne souvent pour savoir la raison de nos souffrances. À quel niveau a-t-on mal agi pour remédier aux problèmes ? Nous oublions que la douleur, la maladie et la souffrance sont une conséquence du pêché (Romains 6:23).

2. Questionner la nature de Dieu amène le doute et la peur. Nous avons de la difficulté à voir la bonté et l’amour parfait de notre Père céleste (1 Jean 4:8).

3. Rester prise dans les difficultés nous empêche d’avancer. Prisonnières de nos circonstances, nous sommes portées à vouloir tout arrêter. Nous regardons notre vie comme une finalité et la fin d’un meilleur avenir (Jérémie 29:11).

Malgré la maladresse de Job, je suis inspirée par :

1. Son désir d’un dialogue avec Dieu. Il ne faut pas avoir peur de Lui parler. Il cherche à avoir une relation avec Dieu. Il nous poursuit constamment (1 Jean 4:19).

2. Il n’a pas pris à la lettre les commentaires et les suggestions de son entourage. Vous serez étonnés ce que des gens et même des chrétiens vont dire lorsque vous vivez des tribulations. Il faut faire preuve de discernement en tout temps.

3. Il reste accroché à Dieu parce qu’Il est son seul appui.

Pour terminer, la vie de Job est une inspiration de persévérance et de ténacité.

Dieu nous montre son amour et sa fidélité. Il ne change pas et ne laisse pas le malheur arriver pour son bon plaisir. Au contraire, il a toujours eu un plan de rédemption pour l’humanité. Celui-ci est la mort de son fils unique à la Croix.

Photo by Andrew Neel on Unsplash

À lire également

La maison de ses rêves

La maison de ses rêves

La femme sage bâtit sa maison [...] - Proverbes 14.1 Je garde encore un souvenir très précis de la maison dans laquelle j'ai grandi. Nous nous y étions installés à 7 alors que le toit n'était pas encore posé, ce qui nous a permis de vivre quelques nuits à la belle...

Le second appel (la transition spirituelle)

Le second appel (la transition spirituelle)

C'est perturbant... devoir recommencer. C'est ce qui m'est arrivé. J'étais parvenue à la croisée des chemins de ma vie et j'étais passée à l'étape de la post-guérison. Le vide intérieur que je ressentais était à l'image des blessures qui le comblaient jadis encore. Le...

Un peu de légèreté

Un peu de légèreté

Je ne sais pas vous, mais moi j'ai dû combattre une certaine "lourdeur" d'âme ces derniers temps. L'hiver? Le fameux 'blues' de février? L'actualité du Québec et du monde? Le 23ème anniversaire de mon départ de ma chère terre africaine que je n'ai jamais revue...

3 Commentaires

  1. Avatar

    bravo ma belle! tu es une femme forte et perseverante! xxx

    Réponse
  2. Avatar

    Wow super bien dit. Gloire à Dieu et bravo non amie pour ton courage et rda persévérance. Je t’aime

    Réponse
  3. Avatar

    Bien dit!

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *