De la souffrance au ministère

Peu après ma conversion, le Seigneur m’a mis à coeur d’oeuvrer pour les femmes et par ricochet pour la famille. C’en est devenu une obsession. Plus j’avançais dans ma vie et dans mes douleurs et plus cet appel se précisait dans mon coeur. Et Il est bien placé pour savoir à quel point j’en ai ris jaune, car la famille était bien l’un des domaines dans lequel je me sentais en échec total dans ma vie.  Mais Il le dit Lui-même:

Car mes pensées ne sont pas vos pensées, Et vos voies ne sont pas mes voies, Dit l’Eternel. Esaïe 55:8

S’il y a bien une douleur qui demeure profonde dans ma vie, c’est celle de n’avoir pas eu la famille que j’espérais autour de moi. Tout ce dont j’ai pu rêver, tout ce que j’ai jadis pu imaginer de ce que serait ma vie d’adulte avec mes frères et soeurs une fois que chacun de nous aurait fondé sa propre famille ne s’est jamais réalisé. Au contraire, les fossés se sont creusés, pour diverses raisons mais notamment pour incompatibilités de valeurs. Sans compter les multiples autres douleurs de femmes que j’ai pu rencontrer ces 19 dernières années…

Alors, imaginer que j’allais devoir oeuvrer à l’encouragement et à l’édification de qui que ce soit dans ce sens me paraissait clairement risible. Et pourtant, c’est au coeur de mes plus profondes douleurs sur le sujet que j’ai été le mieux en mesure d’apporter mon aide et mon soutien à des personnes qui en avaient besoin, et ce bien plus d’une fois.

L’une d’elles m’a servi de manière très inattendue: la perte de ce bébé que j’avais conçu après 6 longues années de confusion…

Je parlais récemment avec une amie de France que j’avais perdu de vue depuis mon départ pour le Canada. J’étais partie peu de temps après la perte tragique de son bébé. C’est une amie bien entourée d’une famille aimante, d’une mère adorable et de soeurs solidaires. Mais par un malheureux concours de circonstances, le jour où elle perdait son bébé, elle était seule sur son lit d’hôpital, écoutant la vie quitter peu à peu le corps de ce précieux être qu’elle portait… Et j’étais avec elle au téléphone pendant ce tragique moment. À l’autre bout du fil, mon amie me rappelait désormais cet instant de sa vie qu’elle n’oublierait jamais, tant pour ce qu’elle vivait que, selon ses dires, pour ce que je vivais avec elle. J’étais là quand son union battait de l’aile, j’étais là quand elle vivait la pire douleur d’une mère. Je ne me rappelle plus vraiment ce que je lui disais, ni comment je le disais. Je me rappelle mes larmes, je me rappelle la douleur comme si cet enfant avait été le mien, je me rappelle l’intensité et l’authenticité du moment. Elle aussi se rappelle. Elle se rappelle que j’ai été là pour elle et qu’  “elle n’aurait jamais cru qu’une personne puisse porter sa souffrance comme je l’ai portée ce jour là avec elle.” Elle reste profondément marquée par ma “présence” en ce triste jour, tandis que jusqu’à ce qu’elle me le dise, je n’avais pas mesuré l’impact de mon implication à cet instant précis de son existence. Ce jour là, j’ai porté son fardeau, j’ai pleuré avec elle après avoir ri avec elle quelques mois auparavant à son mariage (Romains 12:15).

Souvent, un retour extérieur nous est nécessaire pour réaliser à quel point Dieu nous utilise, mais aussi pour avoir ce moment “Wow !” où l’on réalise que nos souffrances n’ont pas été vaines. Dieu se sert de nos meurtrissures pour en guérir d’autres, tout comme les meurtrissures de Christ nous ont guéries (Ésaïe 53:5).

Et c’est à travers de nombreux retours de femmes que j’ai aidées par mes paroles, par mes témoignages, par mon soutien, par mon écoute dans les temps difficiles et alors que tout le monde les abandonnait, que j’ai appris que de nos plus profondes douleurs peuvent naître nos plus importants ministères.

Le domaine qui vous cause le plus de chagrin depuis toujours est celui-là même au coeur duquel le Seigneur vous équipe pour encourager et édifier celles qui passeront par les mêmes épreuves que vous.

Bien-aimées, quelque soit ce que tu traverses en ce moment, changer ta perspective sur tes circonstances pourra faire toute la différence. Dans ton épreuve, en te positionnant telle une combattante qui rassemble les armes pour combattre plus tard aux côtés de celles qui vivront les mêmes défis, tu déjoues les plans de l’Ennemi et tu te disposes à vivre Romains 8:28 qui te dit:

Du reste, nous savons que tout contribue au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés conformément à son plan.

Quand Dieu permet une chose dans ta vie, c’est généralement pour pouvoir s’en servir pour en sauver plusieurs. Cela fait partie de ton appel dans son plan ! De ton parcours peut naître ton ministère. Tu n’es un témoignage édifiant que dans tes victoires en Christ face aux épreuves. Or sans épreuves, point de victoires ! C’est pourquoi, je t’encourage à ne jamais écouter les faux évangiles qui te font croire que la vie chrétienne est une vie pavée de merveilles, que Dieu est ton distributeur automatique personnel de bénédictions à la demande et que les épreuves et autres difficultés ne touchent que les rebelles à sa Parole ! Il n’est point de témoignages sans victoire et point de victoire sans combat ! Les Chrétiens qui ne rencontrent aucune épreuve sont ceux que l’Ennemi laisse tranquille. Or s’il les laisse tranquilles, c’est qu’Il sait pouvoir encore les gagner facilement. Si ton coeur est réellement soumis au Seigneur, le Malin reviendra sans cesse à la charge pour essayer de te déstabiliser. Si Dieu avait voulu nous donner une image idyllique de la marche chrétienne, il n’aurait certainement pas choisi la Croix du Calvaire pour son propre fils. Il ne nous aurait pas averties de manière récurrente sur le fait que nous aurions inévitablement des tribulations dans ce monde (Jean 16:33) et Il n’aurait pas systématiquement fait référence à la foi comme étant un “combat” qui exigerait courage et persévérance tout au long de notre vie sur terre (Actes 14 : 22).

[Car] Oui, vous avez besoin de persévérance pour accomplir la volonté de Dieu et obtenir ainsi ce qui vous est promis. Hébreux 10:36

Ainsi, toutes les fois où tu te sens inutile, où ton coeur se languit de pouvoir servir le Seigneur, commence par cesser de comparer ta position à celle de la soeur qui semble avoir un appel clair et épanouissant. Regarde à ton vécu, regarde à tes blessures. Non pas pour t’apitoyer dessus, mais pour relever les clés spirituelles qui ont conduit à ta victoire de sorte à pouvoir les transmettre à d’autres ! Les femmes qui ont besoin d’écoute, d’encouragement, de soutien et de témoignages de victoires authentiques ne manqueront jamais. Elles auront besoin de pouvoir s’identifier à toi pour croire en la réalité de l’action du Seigneur dans la vie de femmes ordinaires. Et pour cela, tu devras rester authentique, vraie et transparente sur la réalité des douleurs et difficultés qui ont jonché ton parcours dans l’attente de l’intervention visible de Dieu, et ne jamais prétendre être la “super chrétienne” joyeuse et victorieuse 365 jours par an ! Personne n’est dupe et l’efficacité de ton ministère dépendra aussi de ta capacité à faire tomber le masque de la pseudo-perfection que nous les femmes chrétiennes arborons si facilement de nos jours !

Prie le Seigneur afin qu’Il te montre comment utiliser tes souffrances pour sa Gloire et je peux te promettre, avec la certitude que me donne son Esprit, qu’Il multipliera les opportunités de ministère sur ton chemin. Un ministère discret ou plus “visible”, de personne à personne ou pour une multitude, mais toujours et uniquement pour sa gloire !

Alors souris, car dans tes circonstances aujourd’hui, tu détiens les clés d’un ministère qui te permettra d’impacter pour le Royaume ! Offre tes souffrances et regarde Dieu agir à travers elles !

Mes frères et soeurs, considérez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, sachant que la mise à l’épreuve de votre foi produit la persévérance. Mais il faut que la persévérance accomplisse parfaitement sa tâche afin que vous soyez parfaitement qualifiés, sans défaut, et qu’il ne vous manque rien. Jacques 1: 2-4

Bénédictions !

À lire également

La prière A.C.T.E.S

La prière A.C.T.E.S

J'ai découvert ce modèle de prière peu après ma conversion. Il résume parfaitement l'approche idéale dans la prière, telle qu'enseignée dans les Écritures que ce soit par Jésus lui-même ou par les Apôtres. C'est également un modèle très utile pour prier en groupes et...

5 astuces pratiques pour des matins sans stress

5 astuces pratiques pour des matins sans stress

J'ai 4 enfants dans des tranches d'âge variées. Avoir une famille nombreuse demande une organisation quasi-militaire si je veux que chaque besoin soit comblé et pour commencer la journée sans trop de stress. Avec les années, j'ai appris à prendre les devants pour...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *