La famille nombreuse, une folie ?

J’ai toujours voulu avoir 4 enfants. Deux filles et deux garçons de préférence. Dieu ne m’a pas accordé cette répartition, mais Il m’a sans aucun doute accordé le désir de mon cœur… et celui de mon mari qui, en tant que fils unique, rêvait d’une belle fratrie dans notre foyer.

J’avais deux enfants lorsque j’ai accepté le Seigneur dans ma vie. La venue du troisième a été notre pas de foi grandement récompensé par le Seigneur. Mais pour ce qui est du quatrième, les choses se sont passées un peu différemment. Nous nous apprêtions à partir pour le Canada et malgré de nombreux essais, Dieu semblait avoir décidé de nous limiter à trois enfants. Nous étions déjà conscients de notre grande bénédiction et même, je rendais grâce à Dieu d’intervenir de cette manière parce que je n’étais pas certaine que c’était judicieux pour ma santé de risquer une quatrième césarienne. Je lui avais remis les rennes de cette décision. Mais quelques mois à peine après notre arrivée au Canada : surprise !

Je dois avouer que je n’ai pas bien pris la nouvelle et je m’en suis grandement repentie depuis. Le contexte relationnel de notre nouvelle vie nous avait fait plonger dans une grande désillusion…

Les enfants sont une bénédiction. C’est ce que la Parole de Dieu nous dit (Psaumes.127:3). Et les récits où Il bénit par une descendance nombre de ses serviteurs sont récurrents dans la bible. Sans avoir ce background biblique dans ma jeunesse, j’ai néanmoins grandi avec cette conviction et le Seigneur a mis très tôt dans mon cœur cet amour pour la famille. Et même si celle d’où je viens est aujourd’hui bancale, cet amour ne m’a jamais quitté.

Mais comme je l’ai souvent exprimé, j’ai trop longtemps laissé le regard des autres m’emprisonner dans mes choix. Dieu merci, c’est une chose désormais révolue. J’ai choisi de placer ma confiance en Dieu et malgré une grossesse délicate et un accouchement en urgence, j’ai été bénie au delà de toute espérance. Car oui, je n’espérais plus cette petite fille pour laquelle j’avais tant et tant prié. Dieu est bon et même si ce n’est pas facile tous les jours, je ne regrette pas une seule seconde d’avoir eu mes 4 enfants. Et la certitude qu’il s’agit réellement d’une bénédiction de Dieu est définitivement gravée dans mon cœur, surtout lorsqu’autour de moi, je vois tant de jeunes femmes pleurer pour une grâce qui m’a été accordée…

En tant que Chrétiennes, nous faisons souvent l’erreur de tomber dans les mêmes considérations que le monde.

J’étais immature et j’ai porté la culpabilité de cette grossesse pendant les six premiers mois à cause des attitudes et considérations des autres. Mais la pluie de grâces est tombée sur nous par la manière dont Dieu s’est manifesté dans ma vie à travers cette grossesse, cet accouchement difficile et cette magnifique petite fille.

Alors oui, je crois fermement au fait que la famille nombreuse et les enfants sont une bénédiction de l’Éternel, même si la tendance chrétienne “moderne” défend le contraire. C’est même devenu un fléau auquel beaucoup adhèrent par le biais de faux évangiles qui encouragent à faire le choix de la stérilisation sans raison médicale et par pur égocentrisme. C’en est au point où des ministères sont désormais créés au Etats-unis pour sensibiliser les Chrétiens à la dangerosité de ce genre d’enseignements. Et de nombreux miracles se produisent suite à la repentance de couples qui par la grâce arrivent à rendre la stérilisation réversible et à enfanter de nombreuses fois par la suite. Alors certes, la bible ne mentionne clairement aucun interdit sur ce plan là, mais un minimum de sagesse pourrait nous faire douter du fait que Dieu puisse encourager l’Homme à interrompre par lui-même les bénédictions dont Il veut le combler, surtout après qu’Il a spécifié de peupler la terre (même si je conçois que ce n’est pas à une seule famille de le faire !).

Ainsi ma sœur, tu entendras souvent dire qu’il est irresponsable de peupler davantage une planète surchargée ; on te dira que ça te coûtera une fortune de les élever ; on t’accusera de vouloir vivre au crochet de la société ; d’autres te plaindront du fait que tu auras selon eux perdu ta liberté ; on t’abreuvera aussi par des propos décourageants quant à la masse de travail que les enfants représentent ; on enfoncera le clou en te listant tout ce que tu manques à ne jamais pouvoir sortir de chez moi ; d’autres cesseront de t’inviter chez eux ou exigeront que tu fasses garder tes trop nombreux enfants pour jouir de leur compagnie… Ne te laisse pas déprimer par tout cela !

La descendance de ses [servantes] en fera son héritage, et [celles]qui aiment son nom y habiteront. – Psaumes 69:37

– Continue de croire que les bénédictions de Dieu méritent d’être accueillies à bras ouverts.
– Continue de croire que Dieu pourvoit aux besoins essentiels de toutes les familles qui espèrent en Lui, qu’elles aient 1 ou 20 enfants.
– Continue de placer une confiance radicale en sa provision.
– Continue de croire qu’Il te fait un honneur immense en plaçant des âmes sous ta responsabilité et que c’est une grande marque d’amour et de confiance en ton potentiel maternel.
– Continue de croire qu’il n’y a jamais trop de soldats pour l’armée de Dieu et que ta contribution à cette finalité ne peut être qu’épaulée par Lui.
– Continue de marcher avec l’assurance qu’Il t’équipera au fur et à mesure et que tous tes combats de mère connaîtront une fin heureuse si tu demeures ferme dans ta foi et dans ton choix de vie intentionnelle.
– Continue de croire qu’en tant que Chrétienne, il n’y aura jamais plus grand sacrifice que celui que tu feras au service des autres et notamment de ta famille.
– Continue de te lever pour tes convictions bibliques et refuse d’adhérer aux conceptions “progressistes” qui veut te faire croire qu’une vie riche passe par se conformer au monde avec les mêmes arguments à l’appui.

Je ne te mentirai pas. Oui, ça coûte cher. Oui, la maternité exigera tout de toi. Oui, tu pleureras de désespoir plus d’une fois ; oui tu auras souvent envie de jeter l’éponge face aux challenges ; oui, tu auras parfois le sentiment de ne plus exister en tant que personne. Mais oui, comme Jésus, tu auras néanmoins fait le sacrifice de ta vie pour une noble cause et pour un objectif éternel qu’aucune « liberté » du monde ne saurait jamais égaler.

Quel[le] est [la femme]qui craint l’Éternel? L’Éternel lui montre la voie qu'[elle] doit choisir. Son âme reposera dans le bonheur, et sa descendance héritera le pays. – Psaumes 25:12-13

Tu as à coeur une famille nombreuse ? Remets ton désir au Seigneur, attends ton miracle, ne limite pas volontairement la bénédiction qu’Il veut t’accorder et place radicalement ta confiance en sa divine provision. Et lorsqu’ils te seront accordés, choisis de mener une vie intentionnelle et rappelle-toi toujours que la seule mission qui compte vraiment en tant que parents, c’est de faire notre part pour les élever dans les Voies de Dieu.

L’héritage que l’Éternel donne, ce sont des fils; les enfants sont une récompense. – Psaumes 127:3

Bénédictions !

À lire également

Le ministère des petites choses

Le ministère des petites choses

Avez-vous déjà fait l'expérience du tablier? Vous seriez surprise de l'effet qu'il aurait sur votre perspective ! Toutes les femmes le savent et le vivent à différents degrés :  la routine répétitive de la gestion d'un foyer peuvent parfois laisser vide et découragée,...

Bien absente présence

Bien absente présence

Je regarde rarement les nouvelles. Leur cocktail de faits divers sordides pèse lourdement sur mon âme introvertie et douée d’empathie. J’ai le malheur de ressentir la peine et la souffrance des autres, certainement pas avec la même intensité que ceux qui la vivent,...

Désert spirituel : 7 moyens d’en sortir

Désert spirituel : 7 moyens d’en sortir

Les déserts spirituels font partie intégrante de la vie du Croyant. Passée l'euphorie qui accompagne la nouvelle naissance, tôt ou tard dans nos parcours de vie chrétienne, nous sommes toutes confrontées à ce douloureux moment où l'on s'interroge sur la réalité ou...

1 Commentaire

  1. Avatar

    Enceinte de mon 4 eme enfant, je fais fasse à la négativité des gens de ma famille. Mais nous sommes heureux, nous sommes bénis, par ce nouvel enfant qui vient agrandir notre famille. Dieu pourvoit toujours quand on se laisse aller à la confiance ❤️

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *