L’effet pervers des témoignages (le contentement spirituel)

Je m’émerveille toujours de la facilité avec laquelle nous avons accès à l’information de nos jours. Et nous les Chrétiens ne sommes pas en reste ! En un seul clic, nous avons accès à des milliers de ressources, et surtout aux témoignages. Nous vivons une ère d’orgie spirituelle qui, comme toute orgie, peut finir par donner nausées et vomissements.

Le Seigneur m’a récemment éclairée sur une réalité en me faisant voir le passage de Philippiens 4:11-12 sous un nouvel angle.

Ce n’est pas à cause de mes besoins que je dis cela, car j’ai appris à être satisfait de ma situation. Je sais vivre dans la pauvreté et je sais vivre dans l’abondance. Partout et en toutes circonstances j’ai appris à être rassasié et à avoir faim, à être dans l’abondance et à être dans le besoin.

C’est le passage phare qu’on utilise généralement pour éclairer bibliquement la notion du contentement matériel. Mais saviez-vous que Dieu nous appelle également au contentement spirituel ? Et avant que nous ne criiez à l’hérésie parce qu’on vous a dit qu’il ne fallait jamais se satisfaire de son état spirituel, poursuivez la lecture !

L’une des informations qui édifient le plus les Chrétiens, mais qui fait aussi le plus de dommages, c’est le témoignage. Partout, nous lisons ou écoutons des témoignages de Chrétiennes qui ont vécu des manifestations extraordinaires de Dieu. Certaines ont eu des visions, d’autres ont été “enlevées” pour une visite au paradis, d’autres ont reçu la visite d’anges. D’autres encore ont entendu la Voix de Dieu de façon audible; certaines ont combattu des démons en esprit; certaines témoignent entrer en transe ou être transportés dans une autre dimension quand elles prient en langue; d’autres racontent avoir reçu telle ou telle révélation, tel ou tel appel au ministère, tel ou tel équipement spirituel, tel ou tel don après 9, 21 ou 40 jours de jeûne et prière. D’autres ont reçu A en jeûnant à l’eau, puis B en jeûnant aux fruits… Et bien souvent, ces témoignages sont accompagnés d’une prescription à appliquer la méthode pour vivre les mêmes effets ou connaître le même succès.

Vous vous abreuvez de ces témoignages, puis vous voilà sombrant peu à peu dans le légalisme en appliquant rigoureusement ladite “prescription” telle une formule magique. Vient ensuite l’insatisfaction, accusant le Seigneur de faire preuve de favoritisme, remettant en question l’intérêt qu’Il vous accorde ou accorde à vos requêtes de prière, questionnant la réalité de ce que vous avez reçu sous prétexte que cela ne vous avait pas été révélé de la même manière que pour la soeur X; puis vous mettant peu à peu en quête du sensationnel spirituel plutôt que de poursuivre dans la communion simple et humble que vous entretenez avec votre souverain Seigneur.

Inévitablement, ne vivant “rien d’extraordinaire”, vous finissez par vous enfermer dans une religion faite de rituels sans profondeur, en pensant avec amertume que les vrais appels et révélations ne sont que pour une catégorie de “super chrétiennes”…

Il est là, le danger de l’orgie informationnelle d’ordre spirituel ! Il est là le danger des témoignages qu’on découvre en boucle pour nous encourager. Ils peuvent édifier, Dieu merci, mais ils ouvrent aussi la porte à la comparaison, à la frustration et finalement au découragement. On ne peut savoir par avance quel témoignage nous encouragera et lequel provoquera en nous de l’insatisfaction, et c’est la raison pour laquelle il peut être également utile de considérer Philippiens 4:11-12 sous une perspective de contentement spirituel.

Paul dit avoir appris à être satisfait de sa situation et en toutes circonstances.

Appris veut dire que le contentement ne se fait pas naturellement. Il est le fruit d’une quête constante, un résultat obtenu à l’issue d’un combat contre la tendance naturelle de la chair à envier, jalouser, convoiter et désirer toujours plus.

Désirer toujours plus de Dieu est une excellente chose ! La bible nous dit de rechercher Dieu de tout notre coeur (Jérémie 29:13 ), de rechercher premièrement le Royaume de Dieu (Matthieu 6:33), de faire de L’Éternel nos délices (Psaume 37:4).
Désirer vivre de telles expériences de Dieu n’est donc pas mauvais en soi. Résumer la réalité de la présence de Dieu dans notre vie ou mesurer notre efficacité spirituelle à la seule lumière de ces expériences et manifestations, là est le véritable danger.

Nous devons savoir que Dieu est souverain et qu’Il agit comme Il veut et avec qui Il veut. La manière dont Il aura choisi de se manifester à la soeur Y ne sera pas forcément celle qu’Il appliquera pour vous. Le processus par lequel Il vous fera passer ne sera pas le même pour les autres. En chacune de nous il y a des choses que le Seigneur façonne et ses méthodes sont personnalisées, rarement universelles. Il est donc très dangereux d’évaluer son parcours spirituel en fonction de ce que vivent les autres, de leurs dons et révélations, de l’intimité qu’ils disent avoir avec Dieu ou des expériences spirituelles qu’ils font. C’est capital de se souvenir de cela !

Rappelons-nous également que la véritable foi se base sur la connaissance de Dieu et non sur les émotions et sensations qu’on vit ou non dans notre marche avec Lui. Vous devez accepter sans douter, la façon personnalisée dont Il a choisi d’interagir avec vous.

Paul dit aussi avoir appris à être rassasié et à avoir faim, à être dans l’abondance et à être dans le besoin.

Ce passage nous invite à vivre pleinement chacune de nos saisons spirituelles. Nous connaîtrons toutes des temps d’abondance et des temps de disette. Des temps où tout semble couler, où nous allons de révélations en révélations, où nous “sentons” toutes nos prières percer le Ciel, où nous remportons de nombreux combats, où nous avons la certitude, parce que nous le voyons au résultat, que Dieu est avec nous et agit en notre faveur.

Mais nous vivrons aussi des temps de pauvreté et de famine spirituelle, des temps de désert où Dieu nous semble loin, indisponible, insensible à notre état, trop exigeant, se faisant désirer. Des temps où malgré tous nos efforts, lectures et prières, nous ne voyons pas où Il veut en venir. Des temps d’incompréhension, de frustration et même de désamour. Ces temps sont nécessaires pour cultiver notre humilité et notre besoin de Dieu.

Dans l’un comme l’autre de ces temps de pauvreté ou d’abondance, nous devons nous rappeler que Dieu reste présent, fidèle et infiniment bon. Nous devons les parcourir avec la conscience que chacune de ces circonstances présente pour nous une formidable opportunité de croissance spirituelle.

Le contentement spirituel, ce n’est donc pas de se complaire et se limiter à ce que nous savons de Dieu aujourd’hui en avançant dans la vie comme sur un rail bien huilé ou comme vivant dans une salle en attente du prochain vol en partance pour le Ciel. Le contentement spirituel, c’est d’accepter et de saisir ce que Dieu a choisi de nous donner aujourd’hui de Lui-même et de réaliser qu’Il est aussi présent et actif dans notre vie qu’Il l’est pour la soeur W qui voit des anges tous les matins dans sa salle de bain.

Jésus-Christ nous appelle à une relation avec Lui. Et dans toute relation, il y a des temps de silence, des temps de parole, des temps d’expérience, des temps de révélations, des temps plus intenses affectivement, des temps d’action et de formation pour bâtir.

Pour ma part, Dieu a choisi dès le début de se manifester principalement par Sa main. Je disais récemment à mon époux que j’ai l’impression que ma relation avec Christ a toujours ressemblé à celle d’un officier avec son lieutenant. J’en ai été longtemps frustrée, surtout dans les temps où j’avais davantage besoin du Papa pour combler des manques affectifs. Mais comme Paul, j’ai appris à me satisfaire de cette situation, de cette relation pour cette saison de ma vie où Il a choisi de me former intensivement pour l’appel qu’Il m’a destiné. Et ce n’est que depuis que j’ai embrassé ce contentement que j’en goûte pleinement les fruits pour moi-même et pour les autres.

Bien-aimée, satisfais-toi de ce que Dieu te donne de Lui aujourd’hui. Limite dans ta vie les témoignages de “supers expériences spirituelles” si tu te sais mentalement attaquable sur ce point. N’abandonne pas ta vie de prière sous prétexte que Dieu ne se manifeste pas à toi comme pour la soeur Z. Ne doute jamais de Sa présence et de sa prévenance à ton égard. Continue de venir à Lui humblement et appuis-toi sur ce que te dit Sa Parole, pas sur les expériences qu’en font les autres. Ne te laisse jamais rabaisser par qui que ce soit qui te fera croire, par exemple, que tu n’as pas le Saint-Esprit parce que tu ne pries pas en langues (une aberration de certains milieux chrétiens qui a eu des conséquences graves dans la vie spirituelle de nombreux jeunes convertis !). Le temps viendra où Il se révèlera à toi sous une autre facette, pas pour faire le show, pas pour que tu rejoignes un mouvement, une doctrine ou pour prouver ton haut degré de spiritualité, mais toujours avec un objectif  bien précis pour TA vie.

Bénédictions !

À lire également

GUESTPOST: Je partage mon mari avec un autre

GUESTPOST: Je partage mon mari avec un autre

J'ai accepté de ne pas être la première dans le cœur de mon mari. J'ai accepté qu'une autre personne remplisse son cœur, pour l'équilibre et l'harmonie de notre relation. Cela n'a pas toujours été facile à vivre, mais il se sent heureux et épanoui en sa compagnie. Et...

Les soifs de l’âme

Les soifs de l’âme

Comment va votre âme ? Vous êtes-vous déjà sérieusement posé la question ? Savez-vous que votre âme a autant besoin de soins que votre corps ? Le stress, les insomnies et l’agitation intérieure que vous ressentez présentement sont probablement les symptômes d’une âme...

La vie de prière de Jésus

La vie de prière de Jésus

Jésus priait beaucoup. En fait, tout au long de son ministère, on le voit prier pour rendre grâces, pour intercéder, pour des miracles.. etc. Pourquoi le faisait-Il alors qu'Il était un avec Dieu ? Pour nous enseigner le rapport de dépendance à entretenir avec Notre...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *