Les prières enseignées par Jésus : la prière au Père (1)

Tout au long de son ministère, Jésus nous enseigne par l’exemple la priorité que nous nous devons d’accorder à Dieu dans nos vies, la dépendance que nous devons avoir vis à vis de Lui et le secours que nous pouvons trouver en Lui en toutes circonstances. Mais Jésus prend le soin de nous enseigner 3 approches de la prière. La plupart d’entre nous employons régulièrement les deux premières et réservons la troisième au jugement dernier. Voici une série de 3 articles pour les passer en revue.

Dans Matthieu 6:9, Jésus dit à ses disciples : “Voici donc comment vous devez prier: ‘ Notre père céleste! Que la sainteté de ton nom soit respectée”

Jésus nous enseigne que prier, c’est simplement venir auprès de Dieu comme l’enfant vient auprès de son Père, c-à-d avec simplicité de coeur, avec spontanéité et avec authenticité. Et c’est cette approche que nous utilisons en priorité au quotidien.

1. Avec spontanéité

Les enfants viennent à leurs parents avec toutes sortes de requêtes, tout le temps. Les mamans seront d’accord avec moi pour dire qu’ils sont les rois de l’interruption, qu’on le veuille ou non, qu’ils savent nous repérer où que nous nous cachions et qu’ils savent se faire entendre !

Mais l’enfant vient aussi avec la spontanéité émotionnelle. Il crie, hurle, pleure, rit, frappe, mord… et pourtant nous ne cessons pas de les aimer ! Nous cherchons à combler leurs besoins en privilégiant ce que nous savons être meilleur pour eux et non en cédant à leurs moindres caprices ! Et  c’est exactement ainsi que Dieu fonctionne avec nous.

2. Avec authenticité

L’enfant exprime sa requête sans préjuger de cette dernière. Comme on dit au pays, avec les enfants, “ça sort comme ça sort !” Leurs requêtes peuvent parfois nous peiner par l’égoïsme qu’elles révèlent ou nous faire rire à cause de leur absurdité, mais nous serions vraiment tristes de les voir les confier ailleurs et à quelqu’un d’autre. De nombreuses mamans d’ados vivent chaque jour la douleur de voir leur enfant confier les profondeurs de son coeur à son meilleur ami, tandis qu’il se murre dans un imperturbable silence à la maison !

Dieu nous veut authentiques et naturelles lorsque nous nous adressons à Lui ! Il est également parfaitement capable de gérer nos colères et frustrations !  Nous pouvons donc nous sentir libres de nous plaindre, de poser des questions, d’argumenter et même de crier après Lui.

3. Avec simplicité de coeur

C’est l’histoire d’un enfant qui vient voir son Père avec son jouet cassé, le lui place dans la main et repart en courant sans même chercher à vérifier si son père est capable de le lui réparer ou non. L’enfant sait que son Père aura une solution, et c’est tout ce qui compte ! Il a fait sa part en apportant son jouet au Père et dans sa confiance en ce dernier, il ne se préoccupe plus du reste !

Dieu veut que nous l’approchions de la même manière, d’autant plus que contrairement à un père humain, Il dispose de toutes les compétences pour agir en notre faveur. Alors cessons d’analyser les pour et contre et ouvrons simplement nos coeurs à Dieu avec l’assurance qu’Il a la solution parfaite !

Approcher Dieu comme un Père est un des fondements de notre vie de prière. Même dans l’angoisse du jardin de Gethsémané, Jésus nous montre l’exemple lorsqu’Il crie en ces termes: “Abba Père !”(Mc. 14:36). Plus nous gagnons en révélation du coeur de Dieu et plus le fait de s’adresser à Lui comme à notre Père devient évident. C’est ce qu’Il est et ce lien particulier ne sera jamais abusivement utilisé, car notre Papa du Ciel ne se lassera jamais de nous voir accourir à Lui, avec l’assurance d’être entendues et exaucées selon Sa volonté !

Matthieu 19:14

Jésus dit: « Laissez les petits enfants, ne les empêchez pas de venir à moi, car le royaume des cieux est pour ceux qui leur ressemblent.»

Bénédictions !

À lire également

Un peu de légèreté

Un peu de légèreté

Je ne sais pas vous, mais moi j'ai dû combattre une certaine "lourdeur" d'âme ces derniers temps. L'hiver? Le fameux 'blues' de février? L'actualité du Québec et du monde? Le 23ème anniversaire de mon départ de ma chère terre africaine que je n'ai jamais revue...

De qui es-tu prisonnière?

De qui es-tu prisonnière?

Il y a tout d'abord des emprises sournoises, du genre qui se tissent au fil des années et auxquelles on se laisse prendre progressivement. Lorsqu'on prend conscience de la réalité de l'emprise, un dur combat pour la délivrance s'engage et cela peut prendre des années...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *