Comment savourer votre vie présente

Avez-vous déjà eu l’impression que votre vie vous filait entre les doigts sans que vous ne sachiez réellement à quoi vous la consacrez? Les milles responsabilités qui hurlent notre nom du lever au coucher du soleil peuvent vite nous entraîner à vivre en mode automatique. Pire, lorsque les nouvelles sont mauvaises et que le monde se met à vivre comme en sursis, on risque nous aussi d’adopter, consciemment ou non, une approche de vie alarmiste dans laquelle nous vivons toutes sortes de scénarios hypothétiques tout en manquant la vie réelle qui se déroule devant nous.

J’ai longtemps été de celles qui se projettent dans un futur idéal tout en manquant un présent satisfaisant. J’ai longtemps été une rêveuse qui se plaisait davantage à rêver sa vie qu’à la vivre réellement. J’ai malheureusement manqué de précieux moments que je ne retrouverai jamais, tout simplement parce que je voyais constamment le verre à moitié vide et pas ce dont ma vie était déjà généreusement garnie. Jusqu’à ce que le Seigneur se mette à me reprendre. Et patiemment mais sûrement, Il a transformé ma perspective et a ouvert mes yeux sur l’importance de vivre le moment présent. Et dans le contexte de crise sanitaire actuel, lorsqu’on peut être tenté d’imaginer toutes sortes de scénarios effectivement envisageables, (ré)apprendre à savourer sa vie présente devient un excellent remède pour l’âme.

Alors, comment s’y prendre concrètement ?
Voici quelques étapes essentielles tirées de mon expérience personnelle.

1. Limitez les nouvelles

Si vous désirez retrouver la paix intérieure, peu importe ce qui se passe, il vous faudra limiter drastiquement, voire couper complètement votre consommation de nouvelles pour quelques temps. Savoir en temps réel comment évolue le Coronavirus ou le nombre de morts dans votre région ne vous aidera ni à tuer le virus, ni à mieux dormir la nuit. Vous savez ce que vous avez à faire pour contribuer à l’effort collectif pour limiter la propagation. Vous savez ce que vous avez à faire si vous manifestez des symptômes. Vous savez ce qu’il en est des dispositifs mis en place dans votre région. Vous savez quels magasins et services sont ouverts et lesquels sont désormais fermés. Vous savez donc l’essentiel. Faites votre part, mais préservez votre santé mentale et revenez à la réalité de la vie entre vos propres murs en limitant l’information.

2. Ralentissez le rythme

Il est bien plus facile d’être présente dans notre vie quand on cesse d’être pressée. Résistez à la tentation de remplir votre agenda. Réduisez votre liste de tâches à l’essentiel et abandonnez le reste. Vous saurez ainsi distinguer l’urgent de l’important, le nécessaire du superflu, et vous pourrez faire de la place et dire “Oui” aux choses qui apportent une réelle valeur ajoutée à votre vie, c-à-d celles qui animent vraiment votre âme. La vie se déroule dans une multitude de petits instants dont vous ne pourrez vraiment profiter que si vous ralentissez.

3. Créez des moments savoureux

Rangez vos téléphones et autres écrans et prenez 15 à 30 minutes par jour pour réfléchir et identifier les petites choses simples qui égayent votre quotidien, sans porter de jugement de valeur sur ces choses. Ces choses ne doivent pas forcément coller à des critères de haute spiritualité. Si elles font du bien à votre âme et vous aident à mieux voir les clins d’oeil de Dieu dans l’instant présent, elles sont spirituelles ! Une fois ces choses identifiées, faites-en des petits rituels que vous vivrez de manière intentionnelle.

Voici ma petite liste personnelle :

  • Savourer la première gorgée de café le matin.
  • Lire un chapitre d’un bon livre. En ce moment, je lis : “You Are What You Love: The Spiritual Power of Habit  de James K.A Smith”.
  • Savourer une part de gâteau avec votre thé préféré à une heure bien précise. Mes parfums préférés de thé sont : fruits estivaux, mélange de trois menthes et Rooibos vanille.
  • Prendre une longue douche chaude en dirigeant le jet sur des parties précises du corps pour se détendre : épaules, nuque, bas du dos par exemple.
  • Écrire dans mon journal intime : j’alterne entre un cahier simple et mon One line a day journal.
  • Écouter de la louange instrumentale. Ma chaîne préférée à ce sujet sur Youtube (que j’utilise également beaucoup pour mes temps de prière) est celle de DappyTKeys Piano worship.
  • Faire une petite marche dans le quartier.
  • Observer mes enfants dans leur sommeil avant d’aller me coucher.
  • Converser avec une bonne amie.
  • Allumer une bougie parfumée : mes parfums préférés, achetés au Wal-Mart ou Dollarama en fonction de mon budget sont spa relaxant, tarte pommes cannelle et cèdre ambré.
  • Se cuisiner un dessert particulier : pour moi, l’incontournable lava cake sans sucre ou un mug cake chocolat et beurre d’arachides.
  • Savourer un verre de vin dans le silence de la maison après le coucher des enfants. Ma plus belle trouvaille en rapport qualité/prix est le Valle della Rosa.
  • Regarder une série légère et sans prise de tête. J’évite toutes celles qui peuvent créer une lourdeur sur mon âme.

4. Soyez présente

On peut être présente de corps mais ne jamais l’être d’esprit, surtout nous les femmes qui sommes les reines du multi-tasking ! Si la capacité de faire plusieurs choses en même temps peut s’avérer utile dans bien des situations, elle nous empêche cependant de vraiment profiter de l’instant présent et de ce que l’expérience du moment nous apporte, quelle qu’elle soit. Revenons donc à une seule tâche à la fois et cultivons une présence mentale dans chacune d’elles, qu’il s’agisse d’un travail ou de moments plus légers passés seule ou avec nos proches : quelles émotions vous animent? Qu’observez-vous? Si vous ne deviez retenir ou ne vous souvenir que d’un seul élément dans l’instant en question, quel serait-il? Quelle heure est-il? Quel temps fait-il? À quoi ressemble le ciel? Avec qui êtes-vous? Comment êtes-vous habillée? Coiffée? Où êtes-vous? Cultiver l’habitude de remarquer tous ces détails dans les moments que vous vivez vous aidera à être vraiment présente et à ne rien manquer de l’expérience de votre propre vie.

5. Tenez un journal de gratitude

Pas grand chose à dire pour ce point. Si vous êtes chrétienne, vous savez que de rendre grâces est non seulement un commandement biblique, mais que c’est aussi le meilleur moyen de préserver un regard positif sur la vie. Tenir un journal de gratitude est une importante discipline spirituelle qui nous aide à marquer la Fidélité de Dieu, quelque soit ce qu’on a vécu dans une journée. Vous pouvez vous procurer mon journal de gratitude “Un jour à la Foi” pour une approche 100% chrétienne de la gratitude, et même en offrir une version illustrée et interactive à vos enfants dès 6 ans.

6. Commencez un projet Glory-chasing

Un autre moyen de savourer votre vie présente : le glory-chasing. Il s’agit de capturer et d’immortaliser la Gloire de Dieu reflétée dans la Création et dans les moments simples de votre quotidien, sans mise en scène et sans filtre Instagram ! Des moments qui vous forcent à vous arrêter, à marquer une pause pour observer ce qui se passe autour de vous : une bougie, une couronne de Pâques, une assiette vide, deux écureuils qui jouent dans un arbre, les couleurs pastels du ciel, un panneau de signalisation (oui, oui !), vos jambes, vos mains, des bananes, l’expression d’un visage…etc. L’important ici n’est ni la qualité, ni le style de la photo, mais ce que la scène vous a inspiré sur l’instant au sujet de Dieu, de sa Présence, de son Action ou dans votre relation avec Lui. Vous poursuivez sa Gloire pour sa Gloire, et non pour la vôtre en tant que super photographe aux meilleurs filtres !

7. Revoyez régulièrement vos priorités

J’ai commencé l’année 2020 par un quarante jours de jeûne et prière pour mes quarante ans et j’en ai aimé chaque minute, mais surtout les bonnes habitudes qu’il m’a aidé à cultiver dès le début de l’année. Oui mais voilà : une fois le jeûne et prière terminé et malgré toutes mes bonnes résolutions, je me suis rapidement laissée submerger et j’ai déplacé l’ordre de mes priorités. J’en ai été très frustrée. Depuis, je m’efforce de redevenir intentionnelle et cela demande une certaine discipline que nous, humains, n’avons pas naturellement. D’où l’importance de cultiver des habitudes sur le long terme et de ne point se relâcher. L’une des plus importantes choses que j’ai apprise pour m’aider à y parvenir, c’est de faire une réévaluation régulière de mes priorités. La vie va vite, tout change et tout peut basculer soudainement, comme nous le voyons avec la crise du Covid-19. Je me retrouve par exemple du jour au lendemain à devoir faire l’école à la maison à quatre enfants d’âge scolaire très différents et pour qui cette année était charnière à cause des nombreuses transitions à venir. Il a donc fallu tout revoir en termes de priorités. C’est ainsi et c’est ce qu’on appelle la vie. Mais si on n’a pas le réflexe de prendre une heure ou deux de manière régulière pour réévaluer ses priorités en fonction de notre réalité actuelle de vie, on se perd, on subit sa vie et on termine l’année sans l’avoir vu passer et sans avoir atteint le quart des objectifs qu’on s’était fixés. Comment s’y prendre? Idéalement, de manière saisonnière : fin d’hiver, fin de printemps, fin d’été et fin d’automne.

Posez-vous des questions simples :

  • Que gardez-vous de la saison ?
  • Que désirez-vous changer/améliorer ?
  • Comment allez-vous concrètement le changer/améliorer ?
  • Quelles sont vos trois plus importantes priorités pour la saison à venir ?

C’est une démarche que vous faites pour vous. Soyez donc le plus honnête possible avec vous-même. N’essayez pas d’embellir ou d’idéaliser ce que vous avez vécu et encore moins de faire l’autruche. Retenez les leçons apprises, armez-vous pour les changements à entreprendre et allez de l’avant, avec Dieu et une saison à la fois !

************

Chaque jour qui passe est un jour de moins dans votre vie. Vous ne pourrez jamais revenir en arrière et il n’y a rien de pire dans une existence que de la terminer avec des regrets, surtout celui d’en avoir manqué l’essentiel. Ecclésiaste 2:24 nous dit que le seul bonheur qui soit réservé à l’homme consiste à manger, à boire et à prendre plaisir dans son travail, mais que cela aussi dépend de Dieu. À bien y regarder, il résume ici les réalités simples d’une vie quotidienne dans laquelle Dieu nous invite à être présentes, car même la minute suivante ne nous est pas garantie. Si donc nous avons la grâce de pouvoir ouvrir les yeux le matin pour vivre une nouvelle journée, faisons notre possible pour la vivre la plus intentionnellement possible et pour ne rien manquer de la Présence et de l’Action constantes d’Emmanuel, notre Dieu d’amour, toujours avec nous.

Photo principale de Tobi provenant de Pexels

À lire également

9 étapes pour lancer votre ministère

9 étapes pour lancer votre ministère

Prenez note que les conseils de cet article s'appliquent principalement pour les ministères de groupes et non pour les ministères individuels. Ils se basent sur mon approche personnelle lorsque j'ai démarré le ministère des femmes de mon église locale. Ça y est ! Vous...

L’effet pervers des témoignages (le contentement spirituel)

L’effet pervers des témoignages (le contentement spirituel)

Je m'émerveille toujours de la facilité avec laquelle nous avons accès à l'information de nos jours. Et nous les Chrétiens ne sommes pas en reste ! En un seul clic, nous avons accès à des milliers de ressources, et surtout aux témoignages. Nous vivons une ère d'orgie...

Cultive ton jardin

Cultive ton jardin

LIRE : Genèse 2:8-9 et 15 8 L'Eternel Dieu planta un jardin en Eden, du côté de l'est, et il y mit l'homme qu'il avait façonné. L'Eternel Dieu fit pousser du sol des arbres de toute sorte, agréables à voir et porteurs de fruits bons à manger. 9 Il fit pousser l'arbre...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *