Croire

Quand la bible prend la poussière…

Lorsque le Seigneur m’a appelée à écrire pour les femmes chrétiennes, j’étais enthousiaste et surexcitée à l’idée de partager sur toutes les révélations qu’Il allait me faire! Je dévorais sa Parole jours et nuits. J’étais convaincue que cette faim et cette soif de ses vérités dureraient toujours…

Hélas, comme plusieurs j’imagine, j’ai plus d’une fois traversé ces saisons où l’on réalise avec tristesse que notre sainte bible a pris la poussière sur l’étagère. J’ai éprouvé de la honte en réalisant que je ne l’avais plus ouverte depuis des mois, et j’ai entendu cette petite voix dans ma tête qui m’interpelait sur mes choix lorsque je prenais la télécommande de ma tv ou mon smartphone, plutôt que la Parole de Dieu posée juste à côté. La vérité, c’est que plus d’une fois dans ma vie chrétienne, j’ai trouvé la bible ennuyeuse et non attractive pour les circonstances ou l’état d’esprit dans lesquels je me trouvais. J’avais besoin d’un “quick fix”, de solutions rapides et concrètes, visibles et tangibles. Dans ces saisons où j’avais généralement besoin de réponses, la dernière chose que je voulais, c’était d’avoir à “creuser” dans les mystères de la Parole et fouiller dans ce qui semblait alors n’être que de l’abstrait, des énigmes sans fin. Oui, plus d’une fois, la bible m’a frustrée au point où j’ai consciemment et à répétition choisi Netflix, Facebook ou Instagram, tout ce qui me permettrait de “lobotomiser” mon cerveau plutôt que de méditer la Parole de Dieu. Je sais que ce ne sont pas des vérités que les “bonnes chrétiennes” se permettent d’avouer de nos jours, mais j’ai la conviction que nous passons toutes par de telles saisons dans nos cheminements. Alors si cet article peut vous encourager et vous libérer, gloire à Dieu!
Après une profonde réflexion sous l’éclairage du Saint-Esprit, j’ai pu réaliser que ces saisons de désert n’étaient pas du fait de la bible en elle-même, mais bien le fait de nombreuses portes que nous ouvrons nous-mêmes dans nos vies spirituelles et qui deviennent des pierres d’achoppement dans notre rapport à la Parole de Dieu.

Si vous n’éprouvez plus aucun attrait ni intérêt pour la méditation biblique, voici quelques raisons pour pourraient l’expliquer, ainsi que des pistes pour régler le problème.

Orgies, crainte, prétextes et paresse spirituelles

Les témoignages de femmes qui courent de conférences, aux retraites, ateliers, formations et autres, mais qui n’ouvrent jamais leur bible chez elles sont légion! C’est une réalité bien triste qui touche de nombreuses chrétiennes, souvent devenues des “groupies” de certains prédicateurs et prédicatrices. Elles choisissent volontairement d’aller écouter ce que d’autres ont tiré de leur méditation personnelle, plutôt que de donner l’occasion au Saint-Esprit de Dieu de leur parler de manière toute personnelle. Tous ces événements sont bons en soit, mais seulement en tant que compléments de l’intimité qu’on cultive nous-même avec le Seigneur dans la chambre secrète. Parfois, ce choix est justifié par une difficulté à comprendre la Parole à cause de limitations intellectuelles. D’autres l’expliquent par une préférence pour l’oral plutôt que pour l’écrit. Pour d’autres encore, il s’agit simplement de ne pas savoir comment s’y prendre. Et enfin pour d’autres, ces événements et la lecture personnelle se valent, il n’est donc pas question d’en faire tout un plat!

Mais la vérité, c’est que notre société fast-food nous a habituées à fuir tout ce qui nous demande un peu trop d’efforts. Nous adoptons donc une certaine forme de paresse spirituelle :  pourquoi étudier la Parole quand il suffit d’un simple clic sur google pour trouver mille et un enseignements que d’autres ont fait sur le sujet qui nous intéresse?
 
Pourquoi? Tout simplement parce que nous servons un Dieu qui aspire avant tout à une relation personnelle avec nous! Sa Parole est accessible même aux plus jeunes enfants. Les premiers disciples étaient pour la plupart des hommes et femmes simples et sans éducation comme on l’entend aujourd’hui, et pourtant ils connaissaient, vivaient, enseignaient et propageaient la Parole de Dieu. Les chrétiens des premières églises examinaient chaque jour les Écritures (Actes 17:11). Le Saint-Esprit nous a été donné pour nous aider à comprendre la Parole. Notre compréhension se trouve donc d’abord à l’autre bout d’une simple prière au Saint-Esprit, avant d’être un effort intellectuel.

Ainsi donc, la majorité de ces excuses que nous avons toutes eues à un moment ou à un autre ne tiennent tout simplement pas la route…

Se priver du temps dans la Présence de Dieu à méditer sur ce qu’Il nous dit n’aide pas à entretenir une relation intime avec Lui et ouvre la porte à un désert spirituel que nous tentons ensuite de combler de toutes sortes de manières. On perd peu à peu la conscience du pouvoir de la Parole, le feu s’éteint et la bible prend la poussière sur l’étagère…

Pour ma part, lorsque le Seigneur m’a révélé ma dépendance aux enseignements et prédications, j’ai choisi de les limiter drastiquement à ceux que je reçois le dimanche par mes pasteurs et à un ou deux prédicateurs soigneusement sélectionnés par l’impact réel que leurs messages ont eu sur ma vie personnelle. Mais je n’écoute ces derniers qu’occasionnellement. Le reste du temps, je me plonge moi-même dans l’étude, en faisant confiance au Saint-Esprit. Et j’en suis très heureuse!

La distraction, arme favorite de Satan au 21ème siècle!

Facebook et ses millions de groupes “chrétiens” où les membres se tapent dessus à longueur de journée pour des questions de doctrine en est un exemple déplorable. À chaque fois que je tombe sur des débats inutiles comme: la femme peut-elle prêcher? Porter un pantalon? Porter des mèches ou du maquillage? Le chrétien peut-il boire de l’alcool? Soutenir le mariage gay? Accepter la transfusion sanguine? Se faire incinérer? Danser un autre jour que le dimanche…etc, ce verset dans 2 Timothée 2:23-24 me revient :

Repousse les spéculations folles et stupides, sachant qu’elles font naître des conflits. Or, il ne faut pas qu’un serviteur du Seigneur ait des conflits. Il doit au contraire être plein de bienveillance envers tous, capable d’enseigner et de supporter l’opposition.

Pourquoi donc embarquer dans de vaines discussions et y passer des heures pour faire accepter un point de vue qui au final n’aura aucune réelle valeur ajoutée dans la vie de personne? Je suis toujours attristée de voir autant de chrétiens donner un aussi piètre témoignage de notre Seigneur, tout comme je suis attristée de voir avec quelle facilité l’Ennemi arrive à nous distraire quand, dans ces derniers jours, nous devons plutôt veiller et nous concentrer sur les priorités de Dieu (Salut des âmes, méditation de la Parole, manifestation de l’amour, combat de la foi dans nos réalités souvent difficiles, exercice de nos dons et appel…etc). Le temps passé en ligne dans de vains débats, c’est autant de temps que nous ne passons pas à cultiver notre passion pour la Parole de Dieu!

Les autres distractions peuvent aussi être des choses qui n’en n’ont pas l’apparence et qu’on arrive à légitimer : le travail à outrance (cette nouvelle voiture ne va quand même pas s’acheter toute seule!), les relations (Dieu nous veut sociaux, non?), les loisirs (je vais à la gym 7 jours sur 7 parce que Dieu veut que j’aie des cuisses bien fermes!), etc, etc. Rappelez-vous que tout ce qui prend la première place dans votre vie, cette place qui revient à Dieu seul, est une idole.

De manière générale, toutes les distractions ont l’effet de la junk food sur nous: quand on en mange, on perd en qualité nutritionnelle dans notre alimentation, on devient accro à l’effet qu’elle procure, et comme cet effet n’est que temporaire, on en redemande toujours plus et toujours plus vite. Et peu à peu, on perd le désir pour la nourriture qui contient les bons éléments nutritionnels. Qui voudrait manger des brocolis après avoir mangé un seau de KFC? Les femmes noires me comprendront… 😉 Qui voudrait étudier la Parole après cinq heures de télévision devant Game of Thrones, ou à scroller frénétiquement sur Instagram pour observer la vie “parfaite” et parfaitement filtrée des autres?

Beaucoup d’entre nous sommes mal nourris spirituellement. Nous ne sommes pas équipés pour les bonnes oeuvres auxquelles Dieu nous appelle, ni pour combattre un Ennemi bien réel qui gagne du terrain dans le monde et dans nos vies face à notre passivité. Nous sommes trop occupées à nous divertir. Nous aimerions trouver la Parole aussi excitante qu’elle semble l’être pour d’autres, mais nous négligeons de faire ce qu’il faut en nous trouvant toutes sortes d’excuses.

Comment régler le problème?

Ecclésiaste 12:1
Souviens-toi de ton créateur durant ta jeunesse, avant l’arrivée des jours mauvais, avant d’atteindre les années où tu diras: «Je n’y prends aucun plaisir.»

1. Tout d’abord, il faut le reconnaître. Parfois on choisit de demeurer dans le déni, car cela nous permet de procrastiner l’effort que nous savons devoir faire. Reconnaître et confesser notre manquement devant Dieu et demander son aide pour ranimer le goût pour sa Parole est la première étape.

2. Bien évidemment, Dieu nous laisse libre de nos choix. Ce sera donc à nous de prendre la ferme décision de faire le ménage dans nos vies pour laisser davantage de place à Dieu et de temps pour étudier sa Parole. Faites une jeûne strict de divertissements, il n’y a pas d’autre option! Coupez la télévision, les réseaux sociaux et toutes les activités  sans valeur ajoutée pour votre vie spirituelle. Renoncez aux trois cent enseignements que vous écoutez en boucle sur internet et qui n’ont pour d’autre effet réel que de rendre confus dans votre tête, d’importants éléments de doctrine.

3. Osez plonger dans la Parole et refaites confiance au Saint-Esprit. Si vous avez cru en Dieu et en la réalité active de son Esprit en vous, alors vous pouvez et devez croire qu’Il n’hésitera pas une seconde à répondre favorablement à votre demande sincère d’être aidée dans la compréhension de sa Parole, dans le renouvellement de votre passion pour cette dernière et dans le choix des enseignements qui vous feront réellement avancer.

4. Le moment “propice”, c’est maintenant!  Demain il sera peut-être trop tard. N’attendez pas un pseudo déclic, ne dites pas que vous allez “prier là dessus” pour savoir si c’est la volonté de Dieu (excuse typique de nombreux chrétiens!) car oui, Dieu veut que vous méditiez sa Parole, ce n’est pas un mystère mais une évidence! Faites ce que vous avez à faire, car il y va de votre santé spirituelle et de votre relation avec le Seigneur. N’attendez pas que les années et les jours mauvais n’éteignent définitivement les braises qui persistent. Il n’y aura jamais rien de plus important pour le salut de votre âme!

Pour ma part, en 2017, le Seigneur m’a mis à coeur de créer des outils d’aide à l’étude personnelle de Sa Parole pour les chrétiennes de la francophonie, sous forme de journaux d’étude. Le but est de vous encourager à faire confiance au Saint-Esprit, notre Enseignant le plus fiable, mais aussi de vous fournir des méthodes simples qui vous aideront à (re)mettre le pied à l’étrier. Sur mon campusessenciel.com, j’ai volontairement choisi de partager ce que j’appelle des “pistes de méditation”, qui ne sont que le fruit de ce que Dieu me montre personnellement à travers mes études. Elles viennent en complément (et non en substitution) de votre propre étude pour vous apporter d’autres angles de compréhension. Le choix des femmes de la bible m’a aussi été inspiré, car il est parfois plus facile de ranimer la passion pour la Parole à partir de personnages et de situations auxquelles l’on peut s’identifier. N’hésitez pas à consulter ma page ressources et ma boutique sur Amazon. D’autres outils sont en cours de conception, y compris pour nos jeunes enfants chrétiens.

Ma prière est que vous (re)découvriez la beauté et la puissance de la Parole de Dieu et que Psaumes 119:104 devienne votre réalité quotidienne:

Que tes paroles sont douces pour mon palais! Elles sont plus douces que le miel à ma bouche.

Bénédictions!

Gina Oum

Gina est une enfant de Dieu, française et mariée depuis 18 ans à l'homme de sa vie. Ils ont 4 enfants. La famille vit au Québec et oeuvre à temps plein pour le Seigneur. Gina est responsable du ministère des femmes de son église locale. L'écriture est sa saine passion depuis toujours et elle rédige tous ses textes à son image : avec franchise et authenticité. Elle aime le café, le chocolat, le vin rouge et les pivoines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *