Le secret de l’arbre

L’arbre dit : ma force réside dans la confiance. Je ne sais rien de mes ancêtres, je ne sais rien des milliers d’enfants qui naissent de moi chaque année. Je vis pleinement le secret de ma semence jusqu’à la fin, et je ne m’inquiète de rien d’autre. Je crois que Dieu est en moi. Je crois que mon travail est sacré. C’est de cette confiance que je vis. — Hermann Hesse

5h41 du matin. Il fait déjà bien jour dehors. Je sors de mon lit après une nouvelle nuit reposante, la cinquième seulement depuis 15 mois. En ouvrant les rideaux de ma chambre, une surprise m’attend ! En fait, ce n’en était pas vraiment une, elle était là depuis quelques jours, mais les préoccupations qui embrumaient mon esprit dès le réveil m’avaient empêchée de la voir : l’immense érable probablement centenaire qui se déploie majestueusement devant ma fenêtre avait terminé sa renaissance en ce milieu de printemps ! Ses bourgeons printaniers ont enfin laissé place à de magnifiques feuilles d’un vert tendre qui forment maintenant une luxuriante canopée qui semble toucher le ciel ! Moi qui m’étais promise de suivre chaque étape de ce changement, je réalisais ébahie que j’avais manqué ce spectacle si instructeur et si pertinent dans cette saison de ma vie. Moi qui aime tant les arbres, j’avais manqué une transformation dont je voulais être le témoin, quasiment en temps réel ! Figée devant mon érable, d’intéressantes réflexions au sujet de sa vie ont commencé à me submerger.

Cet érable devant ma fenêtre ne se préoccupe pas de ses origines exactes ni de ses descendants. Il se contente de vivre pleinement chaque moment, profondément enraciné dans la terre, en s’élevant majestueusement vers le ciel. Sa confiance en la provision de la nature et en l’œuvre de son Créateur est totale. Il n’angoisse pas, ni au sujet de son passé, ni au sujet de son avenir. Il se concentre au contraire sur son existence présente, en vivant chaque jour avec foi et résilience. Cette confiance lui permet de s’épanouir, de grandir et de fournir de l’ombre, de la beauté et la sève qui donnera le délectable sirop, ceci sans se soucier de ce qui pourrait lui arriver. Cet arbre comme tant d’autres, avec ses branches étendues et son tronc robuste, incarne la force, la solidité et la résilience. Ses branches s’élèvent avec une grâce sereine vers la lumière. Il vit pleinement sa mission. Il reste focalisé sur son rôle dans l’écosystème, sans se laisser distraire par les vents changeants ou par les saisons qui passent.

Sournoises distractions

Contrairement à l’arbre, dans la vie quotidienne, il arrive très facilement à l’être humain de perdre de vue sa mission personnelle à cause des distractions, même légitimes. Les responsabilités familiales, les obligations professionnelles et les engagements sociaux sont certes importants, mais ils peuvent parfois nous éloigner de notre mission spécifique. Nous nous laissons submerger par des préoccupations et par des peurs qui nous paralysent et qui nous empêchent de vivre pleinement notre potentiel. De plus, notre société moderne qui valorise énormément le multitâche et la productivité contribue elle aussi à la confusion qui se créé dans les esprits et dans les vies lorsque nous nous soumettons à ses dictats. Nous vivons dans l’urgence. Nous perdons le sens de l’important et du sacré. Nous escaladons des échelles de valeurs biaisées. Et nous en oublions notre semence. Ainsi, soit elle finit par mourir, soit elle pousse bon gré mal gré, mais elle est progressivement étouffée par les ronces de nos poursuites et inquiétudes. Nous ne trouvons jamais la paix, et contrairement à l’arbre solide et profondément enraciné, nous plions et brisons aux premiers vents.

Ainsi chacun de nous rendra compte à Dieu pour lui-même.  — Romains 14:12

C’est pourquoi le rappel de poursuivre une vie simple, équilibrée et centrée sur les vraies valeurs reste primordial dans notre société moderne. Et n’allez pas croire que le monde chrétien y échappe ! On y voue un culte à la productivité, au “fruit”, à l’impact… Là aussi, on court pour les vues, pour les “likes”, pour les chiffres, pour l’audience, pour l’argent… Et malheureusement, beaucoup finissent par croire que c’est bien de cette manière que Dieu nous appelle à vivre, que ce sont bien ces choses qui nous définissent ou qui déterminent la valeur et la qualité d’une bonne vie chrétienne.

Nous devons cependant revoir nos définitions, revoir ce que dit concrètement la Parole de Dieu, revoir l’exemple de vie et de priorités que Jésus nous a laissé, et nous rappeler que devant Lui, nous ne pourrons pas nous cacher derrière les mauvais choix de nos pasteurs et assemblées, de nos parents, de nos maris ou de la copine, car comme nous le dit Romains 14:12, nous aurons chacune des comptes à rendre à Dieu pour nous-mêmes. En fin de compte, nous serons en effet jugées non pas pour les nombreuses tâches que nous aurons accomplies, mais pour les priorités de vie que nous aurons poursuivies et pour la fidélité avec laquelle nous aurons accompli la mission spécifique de Dieu pour notre vie. Et je parle bien de fidélité, pas de résultat ! Car contrairement à ce qui est souvent prêché dans nos églises, le résultat de tout ce que nous faisons pour le Seigneur lui appartient à Lui seul. Notre responsabilité à nous tient en deux mots : motivations et fidélité. Il est donc grand temps de réévaluer  nos priorités et de nous recentrer sur ce qui compte vraiment.

Vivre le secret de notre semence

L’arbre vit pleinement le secret de sa semence. Vivre ce secret signifie pour nous découvrir et poursuivre notre vocation unique, celle que Dieu a plantée en nous dès notre naissance. Comme un arbre qui grandit et porte des fruits selon la nature de sa semence, nous sommes appelées à réaliser pleinement le potentiel que Dieu a placé en nous. Cela implique de connaître nos dons, nos passions et d’aligner nos actions avec le dessein de Dieu pour notre vie.

  • Comment y parvenir ?

Nous devons d’abord reconnaître et accepter notre identité en Christ. Et n’allez surtout pas croire que c’est un acquis pour toutes ! Je sais par expérience du terrain que même des femmes avec plus de 40 ans de vie chrétienne à leur actif ne savent pas qui elles sont en Christ, ni ce qu’implique concrètement leur héritage de fille de Dieu ! Cette étape est donc incontournable. Elle nécessite un temps de réflexion, de prière et de méditation de la Parole. Il sera aussi primordial de se débarrasser des poids et des distractions qui entravent notre course. Hébreux 12:1 nous exhorte en ce sens lorsqu’il nous enjoint à rejeter tout fardeau et le péché qui nous enveloppe si facilement, et à courir avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte. En nous concentrant sur le style de vie et sur la mission propres que Dieu nous destine, et en lui  faisant confiance pour les détails, nous pouvons vivre avec davantage de paix et de joie, même au milieu des défis.

Concrètement donc :

1. Adopte une attitude de confiance : Apprends à te détacher des angoisses inutiles en te rappelant chaque jour que ta vie est entre les mains de Dieu. Fais l’effort conscient de relâcher tes préoccupations et de faire confiance à Sa providence.

2. Vis dans le moment présent : Comme les arbres, concentre-toi sur ton présent. La méditation de la Parole et la prière seront de puissants outils qui t’aideront à rester ancrée dans l’instant et à apprécier pleinement ce que tu as aujourd’hui.

3. Reconnais la valeur de ton travail : Considère chaque tâche que tu accomplis comme une offrande sacrée. Que ce soit dans ton emploi, dans ton foyer ou dans ta communauté, reconnais que ton travail a une valeur intrinsèque et qu’il contribue à l’œuvre plus vaste de Dieu.

4. Définis et maintiens tes priorités : Identifie ce qui est vraiment important dans ta vie et concentre-toi sur ces aspects. Évite de te laisser distraire par des tâches secondaires qui peuvent détourner ton attention de ta mission principale.

5. Cherche et suis ta vocation : Prends le temps de découvrir quels sont tes dons et comment tu peux les utiliser pour servir Dieu. Aligne tes actions sur cette vocation.

Comme l’arbre qui vit pleinement le secret de sa semence sans se soucier de ce qui est hors de son contrôle, nous sommes donc  invitées à placer notre confiance en Dieu. Cette confiance nous permet de libérer notre esprit des préoccupations inutiles et de vivre avec une paix profonde et durable. En adoptant cette perspective, nous pouvons découvrir la force tranquille qui réside en nous, et nous pouvons vivre chaque jour avec une foi renouvelée et avec une joie authentique.

Nous pourrons ainsi toutes nous présenter devant Dieu et Lui rendre des comptes pour nous-mêmes sans avoir à rougir des vaines poursuites qui nous ont animées dans cette vie. Comme mon érable, soyons donc fermement enracinées, vivons de la confiance en Dieu, revoyons nos priorités et travaillons intentionnellement à faire s’épanouir la semence qu’Il a déposée en nous, pour sa gloire.

Va plus loin dans ta réflexion avec ces questions :

  1. Quelles sont mes 3 principales valeurs fondamentales? Qu’est-ce qui compte le plus pour moi?
  2. Quelles sont les distractions, même légitimes, qui me détournent présentement de ma mission principale? Comment puis-je les gérer de manière à rester focalisée sur ce qui compte vraiment ?
  3. Quelle semence Dieu a-t-il déposée en moi? Que dois-je faire concrètement aujourd’hui pour la faire s’épanouir?
  4. Comment vais-je améliorer ma confiance en Dieu dans les aspects encore incertains de ma vie ?

En Lui.

 

 

À lire également

Enfant, adulte ou les deux ?

Enfant, adulte ou les deux ?

Dieu nous appelle à être comme des petits enfants, mais pas à faire des enfantillages. 1 Corinthiens 13:11 Lorsque j'étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant; lorsque je suis devenu un homme, j'ai mis fin à ce...

Idée ministère : animatrice de groupe vie

Idée ministère : animatrice de groupe vie

Vous aimez votre église, les messages vous édifient et vous challengent dans votre foi et vous avez pour passion d'encourager les autres à approfondir la Parole par eux-mêmes et à la mettre en pratique dans les différentes saisons de leur vie ? Devenez animatrice de...

Le coeur de l’hospitalité: l’humilité

Le coeur de l’hospitalité: l’humilité

Je viens d'une culture où l'hospitalité est restée une chose très naturelle : pas besoin de téléphoner avant de venir rendre une petite visite; pas besoin d'une invitation "officielle" pour partager un repas ou un verre de vin de palme; pas besoin de faire le ménage...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *