Et s’il fallait jeter l’éponge ?

par | Croire | 2 commentaires

Dieu peut tout faire et il n’est aucune situation qui soit hors de son Contrôle.
Mais Dieu fonctionne dans une logique humano-divine qui fait qu’Il nous demande souvent d’être des participantes actives aux changements qu’on désire. Il nous donne le vouloir et le faire, ainsi que la force et la sagesse pour bâtir sur le chemin qu’Il nous trace. Il nous place dans un jardin et nous rend responsables de son entretien. Nous avons notre part à faire et Dieu assume la Sienne. Mais la plupart d’entre nous sommes habituées à vivre le dicton « Aide-toi et le ciel t’aidera », au point où il nous devient de plus en plus difficile d’identifier les situations où nous devons nous arrêter pour savoir qu’Il est Dieu.

Nous nous épuisons en effet dans des combats qui ne sont plus de notre ressort, alors que Dieu attend patiemment que nous jetions l’éponge pour Le laisser faire ce que Lui seul est capable de faire. Mais passer du « mode combat » pour tout abandonner à Dieu n’est pas toujours évident, à cause de notre chair qui vient s’interposer dans une démarche qui ne lui est pas naturelle. On espère toujours pouvoir faire une différence et on s’évertue à vouloir « aider » Dieu. Parfois, c’est un sain esprit de combativité qui nous motive, mais bien souvent, c’est la peur de lâcher-prise et l’orgueil de croire que nous pouvons encore faire une différence, même quand tout indique clairement le contraire. Il est toujours primordial d’identifier les motivations qui se cachent derrière vos plus pures actions.

Si Dieu travaille en effet régulièrement avec notre contribution, il existe néanmoins bien des situations où nous devons accepter de jeter l’éponge pour Le laisser agir, au risque de devenir nous-mêmes un obstacle au miracle pour lequel nous prions. Il est le Dieu de nos impossibilités, surtout lorsque ces impossibilités impliquent les facettes du genre humain que Lui seul peut transformer.

Alors, comment savoir si le moment est venu pour vous de jeter l’éponge pour laisser faire Dieu seul?

  • Est-ce que la situation en question implique la transformation d’une personne (caractère, attitudes, choix de vie, état d’esprit, etc)? Sachez que ce type de combat ne vous appartient pas, car le changement arrive la plupart du temps par une révélation suivie d’une décision à prendre par la personne directement concernée par le changement.
  • Est-ce que la situation en question est désormais hors de votre contrôle humain?
  • Avez-vous davantage de problèmes que de solutions?
  • Vous sentez-vous coincée dans une réalité insurmontable ?
  • Vous sentez-vous submergée quoi que vous fassiez?
  • Avez-vous l’impression que vos essais empirent davantage la situation plutôt qu’ils ne l’améliorent ?

Si vous avez répondu Oui à une seule ou à toutes ces questions, alors le moment est probablement venu pour vous d’abandonner le combat et de vous en remettre entièrement à la providence divine.

Voici quatre moyens bibliques à votre portée pour y arriver :

1. Tournez-vous vers Dieu, pas vers les hommes

Quand je suis dans la détresse, je cherche le Seigneur; la nuit, mes mains se tendent vers lui, sans se lasser; je refuse toute consolation. – Psaumes 77 : 3

Vous tourner vers les hommes ne sera qu’un énième moyen de tenter de régler la situation par vous-mêmes. Tournez-vous vers Dieu et attendez-vous à Lui seul, à la fois pour la solution mais aussi pour la consolation de votre coeur dans l’épreuve et pour la force de persévérer dans votre vie en attendant son Action.

2. Acceptez d’être faible

[…] car quand je suis faible, c’est alors que je suis fort. – 2 Corinthiens 12:10

Le monde vous dit que vous devez être forte et que vous devez être une « solutionneuse » professionnelle, sinon vous ne valez rien. Mais la pensée de Dieu est toute autre. C’est dans votre faiblesse qu’Il est fort et sa Puissance se révèle dans vos impossibilités humaines. Reconnaître vos limites et abandonner le combat à Dieu n’est pas un signe de lâcheté, c’est faire preuve d’humilité. Vous faites appel à votre Père pour régler une situation qui vous dépasse, parce que vous savez qu’Il a la solution à tout.

3. Arrêtez et sachez qu’Il est Dieu (Psaumes 46:11)

C’est un beau verset qu’on se plaît à afficher partout, mais la réalité est que nous ne le vivons pas forcément. Une part de nous est toujours en train de réfléchir à la chose que nous pouvons encore tenter en dernier recours. Un traitement, une parole, une action… On s’évertue à vouloir étendre nos limites humaines et cela nous fait perdre du temps, plutôt que d’apporter des solutions.
Savoir abandonner pour s’en remettre à Dieu n’est pas censé venir heurter notre orgueil, mais c’est au contraire une preuve de notre foi et de la reconnaissance de sa Souveraineté. Dans notre silence et dans notre repos, Dieu agit.

“C’est l’Eternel qui combattra pour vous. Quant à vous, gardez le silence!» – Exode 14:14

4. Faites-Lui confiance

Confie-toi en l’Eternel de tout ton coeur et ne t’appuie pas sur ton intelligence ! Reconnais-le dans toutes tes voies et il rendra tes sentiers droits. – Proverbes 3:5-6

Quand nos raisonnements et efforts humains ont montré leurs limites, la sagesse veut qu’on abandonne les rennes à plus sage et plus puissant que soi. Mais faisons-le dans une attitude de foi et non par résignation, en croyant vraiment qu’on n’abandonne pas à n’importe qui, mais bien à Celui à qui tout pouvoir a été donné dans le ciel et sur la terre (Matthieu 28:18).

Comment vivre en attendant que Dieu agisse ?

Photo by Scott Warman on Unsplash

  • Concentrez-vous sur votre présent et sur ce qui est à votre portée

L’attente n’est jamais passive. Les bontés de Dieu se renouvellent chaque matin et votre mission sur terre se poursuit chaque jour. Alors concentrez-vous sur ce que vous pouvez changer, cultivez votre jardin et vivez votre présent.

  • Continuez de prier

Pas pour avoir de nouvelles stratégies, mais pour que Dieu entretienne votre capacité à lâcher-prise et augmente votre foi en ce qu’Il va agir. Mais aussi pour être capable d’accepter sa Réponse, même si elle ne correspond pas à celle que vous espériez et pour pouvoir aller de l’avant.

  • Rendez grâce par avance pour le miracle que vous allez obtenir

L’action de grâce vous garde dans la bonne perspective, c-à-d les yeux rivés sur Dieu et non sur votre circonstance. De plus, elle appelle à l’existence le miracle que vous ne voyez pas encore. Rendez grâces en toutes choses et particulièrement dans vos impossibilités.

  • Occupez-vous de vous

Bannissez le « quand… » de votre langage ! N’attendez pas que la situation soit réglée pour aller de l’avant avec votre vie. Le temps ne vous attendra pas et les jours et occasions que vous manquez ne reviendront jamais. Prenez soin de vous, poursuivez l’appel et les projets que Dieu vous met à coeur, investissez en vous pour reprendre le dessus, que ce soit spirituellement, physiquement ou émotionnellement, entourez-vous de personnes qui vous aident à avancer. Vous n’aiderez personne en vous laissant aller. Ne faites jamais dépendre votre vie de celle de quelqu’un d’autre ou d’une circonstance.

******

Abandonner pour s’en remettre à Dieu est un acte de foi qui demandera parfois bien plus de courage que pour continuer à se battre. Oser jeter l’éponge n’est pas une démission, c’est un passage de relai à Celui en qui nous plaçons véritablement notre confiance, Celui pour Qui rien n’est impossible. Savoir identifier les bons combats, ceux que vous devez mener et ceux que vous devez relâcher, est l’une des marques de la chrétienne mature. Et cette dernière n’aura jamais honte de sa faiblesse, car elle devient ainsi la plateforme idéale pour révéler la puissance de Dieu.

Photo de Retha Ferguson provenant de Pexels

2 Commentaires

  1. Avatar

    Ce message est un beau clin d’oeil de Dieu ce matin. Dieu m’a parlé, maintenant je passe à l’action lâché prise

    Réponse
    • Gina Oum

      Soyez encouragée, chère soeur. Je suis contente que cet article vous ait bénie! 🙂

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *