Le miroir de Dieu (partie IV) : la révélation du magazine féminin

Ceci est la quatrième partie d’une série. Retrouvez la partie une, la partie deux et la partie trois.

La seconde révélation se produisit quelques semaines plus tard. J’étais une fois de plus en train de me frustrer de ne point savoir quelle approche éditoriale adopter pour mes textes sur ce site. J’étais dans la spirale du « si seulement… ». Je revivais en boucle les temps “glorieux” où j’avais créé de zéro et enrichi pendant six ans un magazine féminin pour femmes afro francophones qui avait connu un certain succès. Je me languissais de cette époque où j’écrivais avec inspiration et facilité. J’étais capable de sortir une dizaine d’articles de plus de 1200 mots en une seule journée. Certains titres me revenaient en mémoire avec fierté et l’attente des éclaircissements de l’Esprit pour ce site me frustrait toujours plus. Cela faisait trois ans que j’errais avec la certitude de cet appel, mais que je demeurais coincée avec les mêmes questions. Trois ans que j’avais plus d’une fois virtuellement débuté ce ministère d’écriture pour l’arrêter presque aussitôt !

Cependant, pour la première fois, une certitude me saisit : pourquoi ne fais-tu pas comme à l’époque de ton magazine ? Pourquoi n’adoptes-tu pas la même approche qui s’était avérée gagnante ? Cela peut paraître fou, mais ça ne m’était jamais venu à l’esprit. Bien que j’en étais très fière, pour moi, mon magazine c’était avec ce que j’étais avant. J’étais différente aujourd’hui et ma logique m’imposait une approche différente pour ce ministère. À cette révélation, le déclic que j’attendais depuis trois ans se produisit et je bondis littéralement pour rédiger mes articles. Je ressentais pourtant l’urgence de me replonger dans les anciennes productions de mon magazine. Mon mari me les remis donc à disposition et ce fût le choc…

Il me suffit de simplement survoler les titres de ces articles pour en avoir la nausée ! Oui, depuis tout ce temps, je gardais cette période comme un fait d’armes alors que quasiment chaque ligne était une offense à mon Dieu. Je baignais cœur, corps et âme dans les valeurs du monde et je produisais mes plus belles proses pour les promouvoir avec force et conviction. J’étais choquée par ma superficialité, choquée par les valeurs que j’avais adoptées et que j’encourageais mon audience à adopter à son tour. Je fus saisie par la nausée. Je n’étais pas préparée à ça. Tout ce que j’abhorre aujourd’hui avait été mien jadis. C’est fou comme la mémoire peut nous faire défaut ! J’ai cru recevoir un coup de marteau à chaque lecture et je fus incapable d’aller au bout de la majorité de mes articles ! Je n’en revenais pas que le Seigneur ait pu faire abstraction de tout cela jusque là. Je ne m’en étais jamais repentie et j’en tirais même une certaine fierté depuis tout ce temps ! Je mesurais vraiment pour la première fois d’où j’avais été tirée…

Mais une fois de plus, presque immédiatement, la douce paix du Seigneur m’envahit. J’étais tout simplement incapable de m’attarder sur ces révélations. Je savais que je n’étais plus appelée à porter ce fardeau. J’avais la certitude de ce que je devais faire : me repentir et aller de l’avant. Tout ce qui restait, tout ce qui m’envahit l’instant d’après, c’était la joie de constater à quel point j’avais changé, à quel point le Seigneur avait œuvré en moi, moi qui pourtant n’avais de cesse de m’apitoyer sur mon absence de progrès spirituels. Non, je n’étais plus la même et j’en étais bien heureuse. Je n’avais plus qu’une chose à cœur : célébrer la grâce de Dieu dans ma vie, ainsi que sa discrète mais constante œuvre de transformation.

Une fois de plus, le miroir de Dieu avait reflété ma laideur, reflet immédiatement effacé et remplacé par la puissance de l’Amour rédempteur de Jésus-Christ ! Je pus avancer l’esprit serein et le cœur en paix.

Le miroir de Dieu : 4 bonnes raisons d’oser le regarder

1. Dieu vous révèle vos manquements, mais aussi et surtout vos failles par lesquelles peut s’engouffrer l’ennemi.Vous serez plus consciente de vos points faibles et vous pourrez donc contre-attaquer efficacement le malin lorsqu’il tentera de les utiliser.

2. Vous désencombrez le canal de votre Moi, ce qui laissera davantage de place au Saint-Esprit et facilitera l’œuvre de restauration et de transformation que le Seigneur effectue en vous.

3. Vous mesurerez constamment l’étendue de vos progrès, ce qui vous encouragera à persévérer, surtout dans les moments difficiles.

4. Vous aurez un meilleur aperçu de l’Amour que Dieu vous porte, Lui qui voit tout et qui vous aime bien au delà de vos erreurs et défauts.

Il ne s’agit donc pas de se mortifier à chaque révélation, mais d’oser les affronter avec courage et de s’abandonner à l’Amour et à la Guérison divines. Vous êtes une œuvre en constant perfectionnement. Osez le miroir de Dieu, car au final c’est le seul qui vous renverra toujours le plus prometteur des reflets !

Bénédictions !

À lire également

Quand l’ennemi attaque par les pensées

Quand l’ennemi attaque par les pensées

La marche chrétienne est faite de temps d'euphorie et de temps de combats, de saisons ensoleillées et de saisons pluvieuses, de prairies et de déserts... Une constante demeure pourtant: Dieu est avec nous dans chacune de ces étapes si indispensables à notre croissance...


Pourquoi et comment je fais le carême


Pourquoi et comment je fais le carême

Il y aura deux types de lecteurs pour cet article : ceux qui liront dès le titre avec la conviction d’avoir trouvé une de ces chrétiennes  « catholisée » qui n’a rien compris à l’Évangile de Jésus-Christ. Ils penseront trouver dans cet article de quoi me jeter la...

Un choix s’impose

Un choix s’impose

1 Rois 18: 20-21 (LSG) 20 Achab envoya des messagers vers tous les enfants d’Israël, et il rassembla les prophètes à la montagne du Carmel. 21 Alors Elie s’approcha de tout le peuple, et dit : Jusqu’à quand clocherez-vous des deux côtés ? Si l’Eternel est Dieu, allez...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *